Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

« Chaque Canadienne, qu’elle soit mère, grand-mère, sœur, tante, nièce, fille ou petite-fille, qui ne souffre pas déjà des compressions effectuées dans les programmes sociaux et les soins de santé s’apprête maintenant à en ressentir les effets désagréables », affirme Donalda MacDonald, vice-présidente régionale pour l’Île-du-Prince-Édouard. Mme MacDonald fait référence à la dernière vague de compressions imposées par le gouvernement conservateur du Canada aux ressources fédérales destinées aux femmes et aux enfants.

La vice-présidente du plus grand syndicat du Canada, qui représente des centaines de milliers de travailleuses canadiennes, participera à une table ronde sur les droits des femmes qui aura lieu le lundi 11 décembre 2006, à Ottawa. Elle se joindra aux représentantes d’importantes organisations de femmes et de défense des droits de la personne et d’organismes du secteur privé, ainsi qu’à des parlementaires bien connues.

La table ronde, organisée par l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (AIFA), souligne le 25e anniversaire de la Convention de l’ONU sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF).

La discussion de groupe et séance de planification se tient dans la foulée des dures compressions imposées à de nombreux programmes d’aide aux femmes, dont Condition féminine Canada. La fermeture de douze importants bureaux régionaux et les modifications apportées aux critères de financement des groupes de femmes, qui interdisent désormais les activités de défense des droits et de lobbying entreprises avec des fonds fédéraux, ne sont que deux des effets entraînés par les mesures radicales du gouvernement conservateur. Le résultat, c’est que les groupes de femmes ne pourront plus prendre la parole pour exiger des changements systémiques au Canada.

Le SCFP a demandé au gouvernement fédéral de revenir sur les décisions qu’il a prises en matière de financement des garderies, de l’équité salariale, du programme de contestation judiciaire, de Condition féminine Canada et du programme des femmes et de respecter les recommandations du CEDEF en favorisant l’égalité et les droits fondamentaux de toutes les Canadiennes.

La table ronde aura lieu entre 15 h 30 et 17 h 30, à l’édifice du Centre, pièce 112-N sur la Colline du Parlement, à Ottawa. Une réception suivra à la Salle du Commonwealth, pièce 238-S, édifice du Centre.

 -30-

Pour renseignements :
Donalda MacDonald, Vice-présidente régionale pour l’Île-du-Prince-Édouard, 902-969-9074 (cell.),
Darcie Beggs, Service de l’égalité du SCFP, 613-237-1590 poste 273