Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les conservateurs de Grande-Bretagne poussent les hauts cris après avoir appris qu’un projet de financement privé pour la construction de nouveaux hôpitaux coûtera aux contribuables 45 milliards de livres de plus que prévu—près de 100 milliards $ canadiens—au cours des trois prochaines décennies. Dans leur indignation, les conservateurs semblent avoir oublié que ce sont eux qui ont fait entrer la Grande-Bretagne dans l’ère des initiatives de financement privé (IFP).

De nouveaux chiffres montrent qu’au cours des 30 années qui viennent, des entrepreneurs privés recevront 53 milliards de livres pour des hôpitaux qui n’en valent que 8 milliards — un rendement scandaleux de 540 pour cent sur leur investissement initial.

Andrew Lansley, critique des conservateurs en matière de santé, soutient que les IFP imposent aux hôpitaux une « camisole de force financière » et exige l’examen de la méthode utilisée par les fiducies des services de santé nationaux (NHS) de la Grande-Bretagne pour financer de nouveaux projets de construction.

Unison, le syndicat du secteur public qui a mené une campagne vigoureuse contre les IFP, accuse les conservateurs d’hypocrisie. Les IFP ont été instaurés par les conservateurs de John Major en 1992, mais se sont intensifiés avec l’actuel gouvernement travailliste.

Les IFP sont semblables aux PPP. Un consortium du secteur privé construit et entretien les installations et fournit des services comme l’alimentation et le nettoyage, en retour de paiements annuels pendant la durée du contrat, qui est habituellement de 30 ans.

Les opposants à cette méthode—qui sont de plus en plus nombreux—soutiennent que les hôpitaux doivent payer des factures annuelles qui sont beaucoup plus élevées que si le projet avait été financé de façon conventionnelle, parce que les investisseurs privés s’attendent à un rendement. Ce que l’on craint le plus, c’est que l’argent soit détourné des budgets destinés aux soins des patients et aux salaires.

Les exemples s’amoncellent. Les chiffres du gouvernement montrent qu’un hôpital commandé par la fiducie du NHS Cornwall Partnership avait une valeur en capital de 10 millions de livres, mais que les paiements dus dans le cadre de l’IFP s’élèveront à 113,4 millions de livres, un retour de plus de 1 000 pour cent. Un hôpital de 67 millions de livres commandé par la fiducie South Manchester University créera un rendement de 974,2 millions de livres, plus de 1 300 pour cent.

Le chancelier (ministre des finances) Gordon Brown a reconnu dernièrement la pression imposée au NHS lorsqu’il a averti que les augmentations de salaires dans le secteur public cette année devraient être inférieures à deux pour cent. Les syndicats du secteur public menacent d’entreprendre des moyens de pression au travail en 2007 sur des enjeux salariaux et pour protester contre la croissance de la privatisation.

Tiré de The Guardian et The Telegraph