Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Un rapport rédigé par le Centre canadien des politiques alternatives a conclu que le projet d’autoroute Sea-to-Sky en Colombie-Britannique coûtera 220 millions $ de plus au cours des 25 prochaines années en PPP que si le gouvernement avait eu recours à ses méthodes habituelles de financement et d’achat.

L’économiste Marvin Shaffer a examiné le rapport « Optimisation des ressources » de Partnerships BC, qui estimait les coûts d’un PPP par rapport au processus public habituel pour le projet de mise à niveau et d’entretien. Le rapport concluait que l’option du PPP coûterait 46 millions $ de plus. Mais l’analyse de Marvin Shaffer révèle une différence de prix beaucoup plus importante.

« Le rapport de Partnerships BC a exagéré le coût du projet public pour les contribuables et a compté en double les avantages des risques assumés par le PPP », selon le rapport de M. Shaffer.

Son analyse explique en détail la façon dont le rapport « Optimisation des ressources » a gonflé le coût de l’emprunt par le gouvernement, présumant à tort que le coût d’emprunt pour le gouvernement était le même que le coût du capital du PPP. Le rapport appliquait également un taux d’escompte exagérément élevé aux futurs paiements qui seront versés au PPP, faisant fi du futur poids fiscal que devra supporter la population de la Colombie-Britannique.

« Ce PPP vaut-il une surprime de 220 millions $ pour les contribuables? Certainement pas. Le PPP peut comporter quelques avantages, mais rien ne montre qu’ils équivalent à une telle somme. Le choix du PPP était une décision idéologique, et non économique », souligne le rapport du CCPA.

Selon Marvin Shaffer, le gouvernement provincial devrait mettre au point des méthodes plus précises et plus transparentes pour estimer et faire rapport des coûts et avantage des PPP par rapport aux méthodes conventionnelles de financement et d’achat.

« Le rapport ‘Optimisation des ressources’ ne fournit tout simplement pas de faits exacts sur les véritables coûts que devrons assumer les contribuables », conclut-il.

On peut se procurer « The Real Cost of the Sea-to-Sky P3: A Critical Review of Partnerships BC›s Value for Money Assessment » sur www.policyalternatives.ca.