Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

FREDERICTON – Le Syndicat canadien de la fonction publique – Nouveau-Brunswick (SCFP NB) demande aux leaders des partis politiques d’inclure les enjeux du mouvement ouvrier à leur programme électoral.

« Plus de 90 000 personnes sont régis par une convention collective dans cette province. Le vote du mouvement ouvrier est important et il ne doit pas être ignoré par les partis politiques, » selon Daniel Légère, président du SCFP NB.

Nous avons demandé aux leaders des trois partis leur position sur huit enjeux qui affectent le mouvement ouvrier :

  • Droits des occasionnels
  • Arbitrage première convention collective
  • Équité salariale
  • Garderies
  • Amélioration de la Loi sur la pension de retraite dans les services publics
  • Révision indépendante de la CSSIAT
  • Procédé de grief et d’arbitrage équitable
  • Durée du procédé des négociations

    « Nous sommes déçus par le manque d’engagement des chefs des partis libéral et conservateur. Seul, la chef du Nouveau parti démocratique a démontré un engagement ferme envers les organisations syndicales, » d’ajouter Légère.

    « Leurs réponses sont vagues et non compromettantes. Sur la plupart des sujets, ils promettent d’y penser. Ce ne sont pas des réponses satisfaisantes pour les travailleuses et travailleurs de la province. L’équité salariale devrait être obligatoire pour les secteurs public et privé. Les familles doivent avoir accès à des garderies et à des coûts raisonnables. Le règlement de l’arbitrage doit être mis en pratique pour que les travailleuses et travailleurs qui deviennent membres d’un syndicat puissent négocier leur première convention collective sans crainte de perdre leur emploi. L’abus des occasionnels de la part du gouvernement est toujours présent et nous avons fait appel aux tribunaux pour faire cesser cette pratique, » d’expliquer Légère.

    « En cette fin de semaine de la fête du travail, les chefs des partis doivent mettre les enjeux du mouvement ouvrier à l’avant plan de cette campagne électorale, » de conclure Légère.

    Pour plus d’information, Daniel Légère, président SCFP NB 506-869-0424