Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

John Francis « Lofty » MacMillan, géant du syndicalisme au Canada et pionnier fondateur du SCFP, est mort à l’âge de 88 ans. Grâce à lui, la vie des travailleurs canadiens s’est améliorée de façon substantielle et durable.

Son engagement au sein du mouvement syndical a commencé dans les mines de charbon de Cap-Breton, lorsqu’il avait 16 ans. Lassé de voir des collègues mourir dans des accidents miniers, il a décidé de participer à la vie syndicale.

En 1945, Lofty MacMillan est entré dans les rangs du corps policier de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick et, deux ans plus tard, il était leur leader syndical. Au fil du temps, il est devenu responsable des quatre provinces de l’Atlantique pour le SCFP.

Il a été le deuxième directeur de l’organisation et des services nationaux de l’histoire du SCFP. Il était un organisateur légendaire et a convaincu d’innombrables travailleurs d’adhérer au SCFP. Il aussi aidé les employés du gouvernement du N.-B. à obtenir le droit de négocier collectivement en 1969.

Bob Davidson, directeur régional du SCFP du N.-B., se souvient de Lofty MacMillan comme d’un syndicaliste engagé jusqu’à la fin. « Quand il était au foyer d’accueil, il leur criait qu’il n’y avait pas assez de travailleurs », a-t-il confié à un journal de Moncton cette semaine.

La vie et les réalisations de John Francis « Lofty » MacMillan sont résumées dans son autobiographie, « The Boy from Port Hood » (Le p’tit gars de Port Hood). Il est mort samedi, à son domicile de Vancouver, après une longue maladie, entouré de sa famille et de ses amis. Ses cendres seront transportées à son lieu de naissance de l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Une cérémonie commémorative officielle aura lieu en juillet.