Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le leader conservateur Stephen Harper tente de projeter une image publique plus modérée pour se faire élire. Mais ses véritables intentions, ainsi que le révèle le programme politique de son parti, sont de démanteler la société compatissante bâtie par les travailleurs canadiens avec l’aide du parti qui protège leurs intérêts, le NPD.

Si Stephen Harper met en œuvre ses politiques, nous aurons un pays que les Canadiens ouverts, accueillants et travaillants ne reconnaîtront pas.

Les conservateurs ont gravement sous-estimé le coût de leurs baisses d’impôt. Ils ont aussi caché l’ampleur des compressions qu’ils imposeraient dans les dépenses. Les allégements fiscaux promis aux entreprises et aux riches entraîneront le gouvernement fédéral vers un déficit, ce qui justifiera des réductions encore plus radicales dans les programmes publics. Leur programme et leur plan fiscal sont précurseurs d’une attaque idéologique de droite sur le rôle du gouvernement que même Mike Harris n’a jamais tentée.

Nous savons que nous ne voulons pas d’un gouvernement conservateur, mais la meilleure façon de l’éviter consiste non pas à voter libéral, mais bien NPD. Les politiques sociales et économiques du NPD profitent aux familles ouvrières beaucoup plus que celles des autres partis. L’élection d’un plus grand nombre de députés néo-démocrates est plus susceptible de donner un gouvernement minoritaire et une voix plus forte à la Chambre des communes.

Un gouvernement conservateur créerait l’inéquité fiscale :
  • Il éliminerait l’impôt sur les gains de capital – de l’argent gagné grâce à des actions et autres actifs qui ne serait pas imposable une fois réinvesti. Cette mesure donnerait des milliards de dollars en avantages aux riches et enchâsserait l’écart entre riches et pauvres pour des générations à venir;
  • Il instaurerait les baisses d’impôt promises aux sociétés par les libéraux;
  • Il permettrait aux fiducies de revenus des sociétés d’éviter de payer des impôts, comme l’ont promis les libéraux.
Un gouvernement conservateur restreindrait le rôle du gouvernement :
  • Il enchâsserait les prétendus « droits de propriété » qui font passer les intérêts des entreprises privées avant les politiques publiques et sociales, comme l’accessibilité aux médicaments à coût abordable, la protection des normes du travail et l’amélioration de l’environnement;
  • Il adopterait une loi permettant aux sociétés et aux riches de poursuivre pour atteinte aux « droits de propriété » qui auraient été enfreints par une initiative, une politique, un processus, un règlement ou une loi du gouvernement. Cette mesure pourrait créer au pays une situation s’apparentant aux règles de l’Accord de libre-échange nord-américain en vertu desquelles les entreprises peuvent poursuivre les gouvernements pour « perte de profits », empêchant ainsi ces derniers d’instaurer des changements sociaux, environnementaux ou économiques.
Un gouvernement conservateur limiterait les dépenses consacrées aux programmes publics :
  • Il restreindrait strictement les dépenses publiques fédérales et gèlerait les dépenses de nombreux programmes;
  • Il limiterait les hausses de financement en liant celui-ci au taux d’inflation et à la croissance de la population.
Un gouvernement conservateur négligerait les collectivités et l’infrastructure :
  • Il refuserait d’accroître le financement destiné aux collectivités et à l’infrastructure au-delà des promesses insuffisantes des libéraux;
  • Il détournerait l’argent destiné au transport en commun dans le cadre du « nouveau pacte » instauré par les libéraux vers les routes et les ponts;
  • Il étranglerait le logement social sans but lucratif en ne finançant pas les nouveaux développements ou la rénovation de vieux logements;
  • Il accorderait aux promoteurs privés des allégements fiscaux sans exiger en retour des diminutions de loyer ou la fixation du loyer en fonction du revenu;
  • Il privatiserait les ports.
Un gouvernement conservateur nuirait à notre système de santé public :
  • Il permettrait aux soins privés à but lucratif de proliférer ;
  • Il permettrait aux provinces et aux territoires d’accroître la prestation privée des soins de santé;
  • Il permettrait aux soins de santé privés de siphonner les ressources de notre système de santé public;
  • Il affaiblirait le système public au lieu de lui assurer un financement et une dotation en personnel suffisants;
  • Il axerait ses efforts sur les points de repère pour les temps d’attente, sans assurer la qualité des soins;
  • Il enchâsserait dans la loi la médecine privée à la chaîne axée sur la maximisation des profits.
Un gouvernement conservateur nuirait aux garderies :
  • Il détruirait les progrès réalisés dans les programmes de services de garde à l’enfance en éliminant les accords conclus avec les provinces et les territoires;
  • Il instituerait une méthode de réduction d’impôt boiteuse qui donnerait le moins d’avantages possibles;
  • Il retirerait aux communautés et aux parents le contrôle des services de garde d’enfants pour le confier à des entreprises privées.
Un gouvernement conservateur nuirait aux communautés autochtones :
  • Il refuserait de s’engager à offrir un financement stable pour répondre aux besoins des communautés autochtones;
  • Il favoriserait la propriété privée au détriment de la propriété collective dans les réserves;
  • Il détruirait le cadre de négociation des revendications territoriales en favorisant les intérêts de l’industrie au détriment des droits des Autochtones.
Un gouvernement conservateur affaiblirait les droits de la personne :
  • Il retirerait aux prisonniers leur droit de vote, ce qui ne peut arriver qu’en nommant des juges conservateurs à la Cour suprême; ces nominations prépareraient ainsi la scène à une attaque contre le droit à l’avortement et au mariage entre conjoints de même sexe;
  • Il violerait les normes relatives aux droits de la personne internationaux en déportant sans autre forme de procès des gens qui risquent d’être torturés une fois rentrés dans leur pays.
Un gouvernement conservateur nuirait à la culture :
  • Il se débarrasserait des règles relatives au contenu canadien qui favorisent la production radio et télévisuelle canadienne, tout en « donnant aux Canadiens un accès accru aux émissions de télévision et de radio internationales et en langue étrangère »;
  • Il refuserait de garantir un financement permanent et stable à la CBC et à Radio-Canada.
Un gouvernement conservateur nuirait aux personnes atteintes de déficiences :
  • Il fait une vague promesse dans la section sur la santé qui montre sa partialité à l’égard du modèle médical que les groupes de pression rejettent fermement.
Un gouvernement conservateur nuirait aux personnes âgées :
  • Il refuserait d’assurer des soins de longue durée et des soins à domicile de qualité sans but lucratif;
  • Il privatiserait davantage le Régime de pensions du Canada.
Un gouvernement conservateur augmenterait la pauvreté :
  • Il refuserait de s’attaquer à la montée de la pauvreté chez de nombreux groupes de la population, dont les femmes, les personnes autochtones et les enfants;
  • Il prônerait les baisses d’impôt comme solution, même si une réduction de quelques points de la TPS ne règlera absolument rien.
Un gouvernement conservateur nuira aux étudiants :
  • Il insisterait sur les baisses d’impôt et les prêts régressifs qui accroissent la dette étudiante;
  • Il a signalé sa préférence pour la privatisation de l’enseignement postsecondaire en dévoilant son programme électoral à un collège à but lucratif.