Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

LINDSAY, ON – Les travailleuses et travailleurs du Conseil scolaire du district de Trillium Lakelands, représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), demanderont aux membres du conseil – leur employeur – de mettre fin à leurs pratiques d’impartition des services d’entretien ménager dans certaines de leurs écoles. Le SCFP présentera les avantages de faire effectuer ces travaux à l’interne à 18 heures le mardi 22 novembre pendant la réunion mensuelle du conseil.

« Nous demandons aux membres du conseil de jouer un rôle décisif en mettant fin à leurs pratiques d’emploi à deux vitesses, d’affirmer Lynn Raback, présidente de la section locale 997 du SCFP. La sous-traitance de services publics mine l’imputabilité, ce qui encourage davantage la privatisation et nuit aux travailleuses et travailleurs dans nos collectivités. »

  • Qui? Lynn Raback, présidente de la section locale 997 du SCFP
    Herb Pounder, délégué en chef affecté à la section locale 997 du SCFP
  • Quoi? Présentation au Conseil scolaire du district de Trillium Lakelands
  • Où? Siège social du Conseil scolaire du district de Trillium Lakelands
    300 County Road 36, Lindsay, Ontario
  • Quand? Le mardi 22 novembre à compter de 18 heures
Nota

: La présentation du SCFP sera accessible aux médias après la séance à huis clos de 18 heures.

La section locale 997 du SCFP représente plus de 750 membres du personnel d’entretien ménager, d’entretien et de bureau, techniciennes et techniciens et assistantes et assistants en éducation œuvrant dans 48 écoles, 6 centres d’éducation des adultes ainsi que le siège social du conseil. Le Conseil scolaire du district de Trillium Lakelands confie à des sous-traitants les services d’entretien dans six écoles de la municipalité de Kawartha Lakes. Le SCFP revendique que le conseil fasse effectuer ces travaux à l’interne afin que les travailleuses et travailleurs puissent jouir de l’ensemble des avantages dont jouissent les membres du SCFP qui travaillent dans les autres écoles publiques.

« Les travailleuses et travailleurs dans les écoles où les services d’entretien ménager sont confiés à des sous-traitants touchent des salaires moins élevés que celles et ceux qui effectuent le même travail pour d’autres écoles, de dénoncer Raback. Faire effectuer ces travaux d’entretien ménager à l’interne permettra au conseil de mettre fin à cette pratique discriminatoire et de lancer un message clair qu’il respecte son personnel et notre collectivité. »

Lynn Raback, présidente, secction locale 997 du SCFP, (705) 286-1156

Derek Blackadder, conseiller syndical du SCFP

James Chai, Communications SCFP

    sepb491