Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – La prolifération des garderies commerciales en Australie a mené à une crise de politique publique, selon Lynne Wannan, une experte en services de garde à l’enfance de l’Australie, qui visitera le Canada en octobre dans le cadre d’une tournée de trois semaines coparrainée par le SCFP.

Dans le cadre de sa tournée, Wannan livrera une présentation au forum sur la justice mondiale pendant le congrès national du SCFP à Winnipeg, le 5 octobre à 20 heures.

Le SCFP et une coalition formée d’autres syndicats et d’organisations œuvrant dans le secteur des services de garde à l’enfance craignent que les gouvernements du Canada rendent le financement aussi accessible aux exploitants de garderies à but lucratif qu’aux exploitants de garderies communautaires sans but lucratif.

Ottawa a débloqué un budget de 5 milliards au cours des cinq prochaines années pour les garderies provinciales et territoriales accréditées. Vu le faible nombre de restrictions imposées par le gouvernement fédéral limitant les personnes ayant accès à ces fonds, les défenseurs des services de garde à l’enfance communautaires craignent que la majorité de ces fonds s’envolent en profits.

Il y a une décennie, le gouvernement national australien a modifié les règles de financement, ouvrant ainsi la voie à l’émergence de chaînes de garderies privées qui ont vite fait de s’accaparer leur part du lion des deniers publics. C’est le message que livrera Wannan à ses auditoires.

Aujourd’hui, des promoteurs immobiliers, des magnats de la vague .com, des athlètes professionnels et des courtiers boursiers sont actifs sur le marché des services de garde à l’enfance. Les principales chaînes australiennes ont récemment fusionné et affichent des profits records.

ABC Learning Centres contrôle maintenant 25 % du secteur et cherche à étendre son empire au-delà des frontières vers d’autres pays, dont le Canada, selon son PDG, Eddy Groves, de nationalité canadienne.

Selon Wannan, la crise de politique publique en Australie se traduit par les faits suivants :

  • L’accès des immigrants, des populations autochtones, des enfants ayant des besoins particuliers et des familles en milieu rural et à faible revenu est limité.

  • Les programmes communautaires et les petits propriétaires-exploitants ont été progressivement éliminés.

  • Les fonds publics servent davantage à assurer la surveillance du système et à intenter des poursuites contre ceux qui enfreignent les règles.

  • Les conditions de travail des travailleuses et travailleurs en garderie se sont détériorées.

Wannan est membre du « National Children’s Services Reference Group », un comité consultatif qui travaille auprès du ministère de l’Enfance de l’Australie. De plus, elle préside de l’association nationale des garderies communautaires de l’Australie. Ses services d’analyste de politiques sociales ont été retenus par des gouvernements d’État de locaux et elle œuvre également comme conseillère dans le secteur des services de garde à l’enfance.

Tournée de Lynne Wannan

30 sept.-1er oct. Ottawa, ON

3-4 oct. Vancouver, CB

5-6 oct. Winnipeg, MB

7 oct. Halifax, NÉ

11 oct. St. John’s, TN

12 oct. Fredericton, NB

14-15 oct. Toronto, ON

15 oct. Ottawa, ON

17 oct. Toronto, ON

18 oct. Edmonton, AB

20 oct. Ottawa, ON

Personne-ressource :

Barry Doyle, service des communications du SCFP, (613) 294-9424 (cell.)