Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Vu l’imminence des élections municipales du 6 novembre prochain, les travailleuses et travailleurs à l’emploi de la ville de Montréal sollicitent des appuis à leurs efforts visant à récupérer des pertes subies sous l’administration actuellement en place.

Depuis la fusion forcée des municipalités composant l’île de Montréal, les membres de la section locale 301 du SCFP ont dû encaisser des réductions de salaire, renoncer à cinq jours de congés payés et subir des coupures dans les cotisations de l’employeur aux programmes d’avantages sociaux. De plus, deux représentants de la section locale ont été congédiés en raison de leur participation à des activités syndicales.

Ces pertes découlent d’une décision arbitrale rendue le 4 octobre 2004. Les sections locales dans les municipalités voisines pourraient être confrontées à des décisions similaires.

« La décision Lavoie a sapé 30 années de relations de travail durement établies », peut-on lire dans une lettre sollicitant l’appui de toutes les sections locales du SCFP au plan d’action électorale de la section locale 301 du SCFP.

« Nous formons un syndicat mobilisé qui luttera pour obtenir ce qui nous revient de droit, et nous avons l’intention de faire corriger les erreurs commises récemment », d’ajouter la lettre.

Les sections locales peuvent témoigner de leur appui au président de la section locale 301 du SCFP, Michel Parent par la poste (8455, avenue Papineau, Montréal, QC H2M 2G2), par téléphone ((514) 384-7730) et par Internet http://www.scfp301.qc.ca.