Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le 27 juillet, les conseillers municipaux de Winnipeg ont approuvé une recommandation de gestion visant à sous-traiter la cueillette des déchets solides de la ville, même si le SCFP a démontré avec preuves à l’appui que les contribuables n’économiseraient pas un sou.

Le SCFP a organisé une campagne pour montrer que la privatisation coûterait plus cher, mais il a été incapable de contrer l’argument principal de la direction qui soutenait que la sous-traitance permettrait de faire des économies.

Environ 80 travailleurs du SCFP, membres du SCFP 500, ramassent les ordures dans les secteurs du centre et du sud de la ville. Canadian Waste, une filiale de la société américaine Waste Management Inc.(WMI), s’occupe du reste.

Le débat qui fait rage depuis dix ans sur le ramassage public par rapport au ramassage privé a pris de l’ampleur avec l’élection l’année dernière d’un maire favorable au milieu des affaires. Lui-même et quelques conseillers ont défendu la privatisation en faisant preuve d’un certain mépris à l’égard des travailleurs. Dans les médias locaux, un conseiller a qualifié de simples « dommages collatéraux » les emplois perdus par les travailleurs temporaires à cause de la privatisation. Mais ce ne sont pas seulement les pertes d’emploi qui soulèvent la colère du SCFP.

« En privatisant le reste du service de cueillette, la ville perdra le contrôle des sous-traitants, a affirmé Mike Davidson, président du SCFP 500. En bout de ligne, nous savons que les résidents obtiendront moins de services à un coût plus élevé. »

Pendant des mois, le SCFP a participé à une intense campagne pour susciter l’appui de la population. Bien que beaucoup de résidents aient dit vouloir garder le service des ordures public, la ville ne semble pas avoir été ébranlée.

(Source: www.cupe500.mb.ca et S’Organiser, été 2005)