Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

FREDERICTON, NB. – Les auxiliaires familiales de la Croix Rouge région de Bathurst ont débrayé ce matin.

« La rencontre avec le ministre des Services familiaux et communautaires, Tony Huntjens et la ministre des Ressources humaines Rose-May Poirier n’a pas permis d’éviter la grève », a expliqué Louise Thibodeau conseillère syndicale du SCFP.

« Le vrai litige est que le gouvernement provincial refuse de financer convenablement les services de soutien à domicile, ce qui a pour résultat notre arrêt de travail pour obtenir le financement adéquat pour les soins de soutien à domicile. »

Le SCFP section locale 4598 représente 300 auxiliaires familiales dans les régions de Richibouctou, Miramichi, Péninsule acadienne, Bathurst , Campbellton, Edmundston et Grand-Sault.

« Dans un premier temps, nous avons décidé de retirer nos services dans la région de Bathurst – cette région regroupe environ 75 auxiliaires familiales qui desservent des aînés et personnes dans le besoin. »

Les principaux points en litige sont les salaires et les avantages sociaux. Les auxiliaires familiales de la Croix-Rouge avec 10 ans d’ancienneté gagnent 8,29 $ l’heure! La Croix-Rouge refuse de payer pour l’essence ou pour les primes d’assurance automobile. Elles n’ont pas de journées de maladie ou d’autres avantages sociaux.

« Les membres de la section locale 4598 tentent de négocier une convention collective depuis plus de 24 mois. La Croix-Rouge, qui pourtant offre des services humanitaires à travers le monde, maintient un groupe de femme dans la pauvreté au Nouveau-Brunswick en payant des salaires aussi bas », de déclarer Louise Thibodeau.

Dans un ultime effort d’éviter un conflit de travail qui va affecter les personnes les plus vulnérables de notre société, nous avons demandé à la Croix-Rouge de soumettre le litige à l’arbitrage exécutoire mais notre employeur a refusé. L’arbitrage exécutoire aurait permis à une personne indépendante de peser les arguments et d’éviter une grève.

« Avec cette décision nous n’avons pas d’autres choix que de prendre une action de grève ciblée », de conclure Louise Thibodeau.


Pour plus d’information :

Louise Thibodeau
conseillère syndicale
(506) 545-5739

Danielle Savoie
SCFP communications
(506) 381-1966