Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le gouvernement fédéral et la province concluent une entente visant à subventionner les garderies à but lucratif

OTTAWA – Les gouvernements fédéral et de l’Alberta ont ouvert toute grande la porte aux garderies commerciales à grande surface en concluant leur entente aujourd’hui, selon D’Arcy Lanovaz, président de la division de l’Alberta du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« En l’absence de l’imposition de conditions relatives à la prestation publique des services pour toucher le financement fédéral, l’Alberta ouvre toute grande la porte aux garderies commerciales à grande surface qui pourront dorénavant accroître leurs profits sur le dos des contribuables », d’affirmer Lanovaz.

Cinq provinces ont déjà signé une entente sur les services de garde à l’enfance avec le gouvernement fédéral. L’entente conclue avec l’Alberta est la première à expressément autoriser l’allocation de fonds à des garderies à but lucratif au nom du « libre choix » pour les parents. En fait, elle concède aux garderies commerciales à grande surface des « droits d’investisseur » en vertu d’accords commerciaux tels que l’Accord de libre-échange nord-américain et l’Accord sur les services de l’Organisation mondiale du commerce, compliquant une fois de plus les efforts visant à rendre le programme public.

Le président national du SCFP, Paul Moist, craint que la qualité des services de garde à l’enfance finisse par se détériorer dans d’autres provinces maintenant que les services à but lucratif sont enchâssés en Alberta.

« La meilleure façon d’offrir des services de qualité – et de les livrer en accord avec les principes d’universalité et d’accessibilité entre autres – est de conserver un système public sans but lucratif, de déclarer Moist. L’Alberta accuse déjà du retard en matière du financement et de l’accessibilité des services de garde d’enfants réglementés. L’annonce d’aujourd’hui ne fera qu’aggraver la situation à l’avantage des garderies à but lucratif. »

Lanovaz souligne néanmoins un petit aspect positif dans l’annonce d’aujourd’hui : « Au moins, les fonds fédéraux sont affectés à des garderies autorisées et donc réglementées. Il s’agit donc d’une victoire mineure mais importante contre une déréglementation à plus grande échelle des services de garde à l’enfance dans la province de l’Alberta. »

« L’argent devrait être dépensé là où nous savons tous qu’il assurera de meilleurs services aux enfants, c’est-à-dire dans le système public de garderies sans but lucratif », d’ajouter Lanovaz.

Personnes-ressources :
D’Arcy Lanovaz, président, SCFP Alberta – (403) 510-3334;
Karin Jordan (demandes des médias francophones), service des communications du SCFP – (613) 222-4436;
David Robbins, service des communications du SCFP – (613) 878-1431.