Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le célèbre superchef Jamie Oliver s’est buté à des contrats de style PPP dans sa campagne pour sortir la malbouffe des cafétérias des écoles britanniques. M. Oliver, connu en Angleterre sous le nom de « Naked Chef » (le chef nu), a découvert que les écoles qui cherchaient à rompre des contrats à long terme avec des entreprises privées avaient perdu tout pouvoir.

À sa populaire émission de télévision, Jamie Oliver a dénoncé les repas de mauvaise qualité servis dans les écoles. Le gouvernement s’est empressé de réagir en imposant de nouvelles normes de nutrition. Mais ce sont les entreprises qui ont le dernier mot. Les écoles sont prises dans des contrats de 25 ans signés en vertu de la version britannique des PPP, les initiatives de financement privé (IFP).

Dans certains cas, la résiliation de contrats à long terme avec des entreprises privées d’alimentation coûte les yeux de la tête. Une école a mentionné l’imposition d’une pénalité égale aux profits que la société aurait réalisés jusqu’à la fin du contrat. Dans d’autres cas, des écoles en IFP ont été construites sans cuisine complète, ce qui rend difficile la préparation d’une nourriture plus saine.

Dans la région de Merton, des parents et des membres du personnel de 30 écoles tentent d’agir – mais ils se retrouvent dans un enchevêtrement de contrats et de sous-contrats qui brouillent les limites des responsabilités. La Grande-Bretagne compte environ 450 écoles en IFP.