Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO Le ministre fédéral des Transports, Jean Lapierre, a mal géré leffondrement de Jetsgo, selon Pamela Sachs, présidente du syndicat des agents de bord dAir Canada.

« Le ministre Lapierre na pas cessé de vanter le projet Ciels ouverts, qui déréglemente davantage lindustrie du transport aérien, sans pourtant réussir à assurer aux Canadiens un système de transports sûr et fiable », affirme Mme Sachs, présidente de la composante dAir Canada du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Depuis deux mois, M. Lapierre parle des Ciels ouverts, mais lorsque les effets néfastes de la déréglementation sont devenus évidents avec léchec de Jetsgo, il est demeuré silencieux, souligne Paul Moist, président national du SCFP. La déréglementation nationale, entrée en vigueur en 1987, a entraîné des douzaines de faillites, fait baisser le niveau des services, abandonné des milliers de passagers et causé la perte dinnombrables emplois. »

Lentente Ciels ouverts permettrait aux compagnies aériennes américaines dopérer librement au Canada. Le but visé serait douvrir la concurrence, ce qui est censé profiter aux consommateurs.

Selon Pamela Sachs, les Canadiens ont besoin dun ministre des Transports qui a une vision équilibrée et qui cherche à assurer la stabilité de lindustrie du transport aérien, en plus de la sécurité et du bien-être des Canadiens. Lorsque le ministère a lancé son ultimatum à Jetsgo, la compagnie aérienne avait déjà accumulé 35 infractions en trois ans. Entre-temps, le ministre Lapierre continuait de faire la promotion de la déréglementation par lentremise de lentente Ciels ouverts.

Le ministre a fait preuve dinsensibilité envers les passagers et les employés victimes de leffondrement de JetsGo. Il a soutenu que, bien quil soit désolé pour les passagers de Jetsgo, lindustrie du transport aérien est un marché libre et les passagers doivent sattendre à ce genre dincident.

« JetsGo devait être la réponse à louverture de la concurrence dans lindustrie du transport aérien du Canada, mais son arrivée dans le marché na donné lieu quà des guerres de prix et à des tarifs artificiellement bas impossibles à soutenir, de lavis tant dAir Canada que de WestJet », poursuit Mme Sachs.

« Le plan du ministre Lapierre, qui veut permettre aux compagnies aériennes américaines de fonctionner librement au Canada, pourrait avoir des effets désastreux pour les consommateurs, conclut Pamela Sachs. À lheure actuelle, cinq transporteurs aériens américains opèrent sous la protection de la loi sur les faillites. Comment la présence accrue au Canada de transporteurs aériens instables peut-elle profiter aux consommateurs ? »

- 30 -

Contacts : Cathy Schlender, directrice des communications, composante dAir Canada du SCFP, (416) 798-3399, poste 270; Paul Moist, président national du SCFP, cell. (613) 558-2873; Claude Généreux, secrétaire-trésorier national (porte-parole francophone), cell. (613) 794-8395