Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA La force des collectivits0020dp0065nd dune rf006frme de la sant 0069nnovatrice. La privatisation et la course aux profits ne peuvent que nuire au systm0065, affirme le plus grand syndicat du Canada, au moment o 00730061morce la rencontre des premiers ministres sur la sant.0020

Citant des t0075des sur les rp0065rcussions de la privatisation au Canada et ailleurs, le prs0069dent national du SCFP, Paul Moist, soutient que les faits sont clairs : les soins de sant 0070rivs0020 0062ut lucratif cot0065006e0074 plus cher, sont de moindre qualit 0065t ne contribuent pas 0072d0075ire les listes dattente dans le systm0065 public. Le SCFP a relev 0070lus de 90 projets de privatisation majeurs depuis janvier 2003.

Parce quils sont aux premir0065s lignes, les membres du SCFP savent 0071uel point la privatisation est nf0061ste pour le systm0065 public de sant,0020prc0069se M. Moist. Les pertes demplois, la rd0075ction du financement et la sous-traitance affaiblissent le systm0065 public et, loin de rg006cer les problm0065s, contribuent 0065n cre0072 dautres.

Les superbactr0069es dans les hp00690074aux, la diminution du niveau des soins, les impt00730020qui sont dt006furns0020vers les coffres des entreprises prive0073 et dautres consq0075ences nf0061stes sont le cot00200072el de la privatisation , ajoute Paul Moist.

Le premier ministre fdral, les premiers ministres provinciaux et les leaders des territoires ne doivent pas oublier que lintrt public ne sera protg que dans la mesure o 006c00650073 soins de sant 0064emeureront un service public de qualit,0020selon le secrt0061ire-trs006frier national du SCFP, Claude Gnreux.

Pas un seul sou des impt00730020des contribuables ne doit aller aux profits privs002c insiste Claude Gnreux. Toute entente visant 0072p0061rer le systm0065 public «pour une gnration» doit rejeter les services de sant but lucratif.

«Nous attendons de voir qui, 0063ette ru006eion, aura le courage de defender les soins de sant 0070ublics, souligne M. Gnreux. Vous pouvez t0072e certains que le SCFP agira. Y a-t-il un premier ministre qui c006fute les Canadiennes et les Canadiens et qui nous appuiera ?»

On ne peut pas assurer la force des collectivits0020en privatisant lun de nos droits les plus fondamentaux le droit 0064es soins de sant 0070ublics, affirme Paul Moist. La privatisation est une fausse solution, propose0020par des entreprises cupides 0075ne population pro0063cupe0020par la qut0065 des vraies rp006fnses.

Le SCFP reprs0065nte 140 000 travailleuses et travailleurs du secteur de la sant 0071ui jouent un rl00650020crucial dans la prestation de soins de sant 0070ublics de qualit 0061ux Canadiennes et aux Canadiens. Avec plus de 500 000 membres, le SCFP lutte pour les services publics et pour des collectivits0020fortes partout au Canada.

 -30-

Information :
Catherine Louli, cell. (613) 851-0547; communications du SCFP
David Robbins, cell. (613) 878-1431, communications du SCFP