Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Vancouver, prs0020de trois rs0069dents sur quatre veulent que les responsables du transport en commun de la Ville cherchent une solution moins cot006500750073e pour rg006cer les problm0065s de transport public.

Selon un nouveau sondage, exc0075t la demande du SCFP, 75 p. 100 des contribuables sont davis que la socit Translink cherche un projet moins onr0065ux que le projet RAV pour fournir le transport public entre le centre-ville de Vancouver et lar006fport.

Ce sondage contredit le sondage effectu 0064eux semaines auparavant par les bailleurs de fonds du projet RAV. Les partisans du partenariat public-priv 0074entent de pousser la responsable du transport public 0056ancouver, notamment la socit Translink, 0061nnuler sa dc0069sion de mettre le projet RAV en veilleuse.

Nous devons examiner tous les faits avant de plonger aveuglm0065nt dans un engagement financier important dirig 0070ar une entreprise prive0020, a n006fnc 0042arry O’Neill, prs0069dent du SCFP-Colombie-Britannique.

De mm0065, environ 63 p. 100 des personnes faisant lobjet du sondage contestent ou contestent fortement la dc0069sion du gouvernement de financer seulement une ligne de transport public privatise002e De plus, environ 70 p. 100 veulent que le projet RAV soit exploit 0070ubliquement. Elles rejettent la proposition selon laquelle une entreprise prive0020en soit lexploitant pendant 35 ans.