Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

HAMILTON Selon un sondage Ipsos-Reid publi 0061ujourdhui, les Canadiens rejettent lide0020que le secteur priv 0070uisse financer certains services publics cls0020ou y participer dune fao006e ou dune autre.

Les Canadiens sont daccord, ou tout 0066ait daccord avec les n006fncs0020suivants :

  • Les services publics du Canada devraient t0072e assurs0020par des travailleurs du secteur public tenus de rendre des comptes aux reprs0065ntants l0075s et 006ca population, et non par des socits tenues de rendre des comptes 0064es actionnaires. (84 %)

  • Le Canada devrait reconstruire les infrastructures publiques, comme les hp00690074aux, les c006fles, les autoroutes et les rs0065aux d’aqueduc, en ayant recours 006c’investissement public direct et non en formant des co-entreprises public-priv 0061vec des socits. (75 %)

  • Le systm0065 de sant 0064u Canada devrait exclure les socits 0062ut lucratif et compter exclusivement sur les fournisseurs de soins de sant 0064u secteur public et 0062ut non lucratif. (64 %)

Ces rs0075ltats contrastent fortement avec les politiques propose0073 par le gouvernement fdral et par certains gouvernements provinciaux qui, depuis quelque temps, penchent lourdement en faveur des partenariats public-priv 0028P3) et de la vente dactifs publics.

Lorsque Paul Martin commence 0070arler de changement v006flutif du systm0065 de sant,0020attention ! avertit Paul Moist, prs0069dent national du Syndicat canadien de la fonction publique. Les libr0061ux semblent c006futer leurs dirigeants dentreprises plutt00200071ue la population canadienne lorsquil est question des services publics sur lesquels nous comptons tous.

Ces rs0075ltats ne nous t006fnnent pas, parce que nous travaillons avec le public tous les jours et que nous voyons ce que les gens voient, affirme M. Moist. Avec la privatisation des services publics, les cot007300200061ugmentent et on tourne les coins ronds. Vous ne pouvez pas avoir de services ou vous ne pouvez pas vous les payer et personne na de compte 0076ous rendre. Les services publics sont le ciment qui tient nos collectivits0020ensemble et nous ne voulons pas quils soient vendus.

Des anne0073 dattaques coordonne0073 mene0073 contre notre systm0065 public par les forces du secteur priv 0063omme le Conseil canadien des socits publiques-prive0073, les groupes de rf006cexion de droite comme lInstitut Fraser et les socits 0062ut lucratif comme la Chubb du Canada Compagnie dassurance, nont pas ru0073si 0063onvaincre les Canadiens que les soins de sant but lucratif sont la solution 0074ous nos maux , se rj006fuit la prs0069dente du Conseil des Canadiens, Maude Barlow.

Ce sondage doit servir davertissement 006eos l0075s : voyez les valeurs auxquelles tiennent les Canadiens et cessez de privatiser nos services essentiels, ajoute Mme Barlow. Nous continuerons de marteler ce message pendant les prochaines l0065ctions et les l0075s qui feront la sourde oreille le feront 006ceurs risques et pr0069ls.

Le sondage Ipsos-Reid a t men 0061uprs0020de 1 057 adultes canadiens entre le 30 mars et le 1er avril 2004 et a t command 0070ar le Conseil des Canadiens et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). Les rs0075ltats prs0065ntent une marge derreur de 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20. On peut consulter le sondage 003ca href=http://www.ipsos-reid.com>www.ipsos-reid.com

 -30-

Pour information :
David Robbins, SCFP: (tl002e) 613.237.1590, poste 268; (cell.) 613.878.1431

Laura Sewell, Conseil des Canadiens : (tl002e) 613.233.4487, poste 234; (cell.) 613.795.8685