Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le 11 mars, nos confrr0065s et consurs de Sainte-Ba0074rix et de Saint-Jean-de-Matha, deux petites villes au nord de Montra006c, soulignent un an de grv0065 en vue dobtenir la sc0075rit 0064emploi. Ces employs0020municipaux rejettent larbitraire et refusent lpe de Damocls0020suspendue au-dessus de leur tt0065 par un employeur but.000d

Ils ne cherchent pas 006fbtenir des privilg0065s, mais veulent simplement vivre lesprit tranquille, comme la plupart des autres employs0020municipaux au Qub0065c. Les syndiqus0020de Sainte-Ba0074rix et Saint-Jean-de-Matha ont trs0020bien compris que les conseils municipaux changent, mais que les conventions collectives, elles, restent ! Pas question dt0072e 006ca merci dun nouvel l0075 qui souhaite embaucher son beau-frr0065 ou faire plaisir 0073a cousine.

Ces deux grv0065s ont un point commun : Raynald Mercille, un avocat patronal qui fait miroiter de grosses c006fnomies aux maires de la rg0069on de Lanaudir0065 sils le lui donnent le mandat de ng006fcier avec leurs employs0020municipaux. Sa mt0068ode est simple : provoquer un conflit quil fait perdurer. Pendant ce temps, les municipalits0020paient le prix fort. Non seulement les syndiqus0020en souffrent, mais les contribuables finissent par payer trs0020cher les conseils de cet avocat anti-syndical.

Pourtant, ces conflits pourraient se rg006cer rapidement. Il suffirait dinclure aux contrats de travail une clause de protection pour les employs0020actuels. Cela ne cot006500720061it pas un sou de plus aux citoyens et rassurerait les syndiqus0020sur leur avenir. De plus, Sainte-Ba0074rix et Saint-Jean-de-Matha t0061nt des municipalits0020en expansion, les l0075s ne prendraient l 0061ucun risque car, loin de couper des postes, ils devront, 0070lus ou moins long terme, embaucher de nouveaux employs0020pour rp006fndre aux besoins croissants de leur population. Alors o 0064006f006ec est le problm0065 ? Dans les deux cas, les maires semblent obnubils0020par le consultant Mercille et refusent obstinm0065nt de se rendre 006cv0069dence.

Malgr 0074out, les grv0069stes tiennent bon, prt0073 006dener le combat 0073on terme, avec lappui du secteur municipal et de tout le SCFP.

Envoyez un message de solidarit 0020 0063hacune des adresses courriel suivantes : section locale 4290 et section locale 4255