Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

 

Dénomination : Health Resources Group. Constitué en 1996. C’est le « centre de chirurgie non hospitalier » le mieux connu de l’Alberta — dans les faits, un hôpital privé, tout simplement. La clinique de HRG s’appelle Health Resource Centre; HRG a fusionné avec Networc Health Care Inc. et est parfois désignée sous ce nom.

Lieu : Loue des locaux dans l’Hôpital Grace de l’Armée du Salut, l’un des trois hôpitaux de Calgary fermés au milieu des années 90. Les rénovations réalisées par HRG ont permis de créer ce que le Journal de l’Association médicale canadienne décrit comme « un établissement des plus confortable » de 37 lits, avec « agencement de couleurs apaisantes, garnitures de chêne et de cuivre et planchers recouverts de tapis ». En somme, on a transformé un immeuble financé par les fonds publics en hôtel de luxe.

Des contacts bien branchés : Le Dr Stephen Miller, actionnaire de HRG, dirige le service d’orthopédie au plus grand hôpital de Calgary, le Foothills Medical Centre. Il est aussi directeur des services médicaux chez HRG et à la société privée de rééducation Columbia Health Care Inc. Depuis sa création, HRG a aussi eu à son service Jim Saunders, autrefois directeur de l’exploitation de la régie régionale de la santé de Calgary (CRHA) et présentement directeur général de HRG; son épouse est députée conservatrice à l’assemblée législative.

Propriétaires : En novembre 2000, la société de soins de santé privée Networc Health Care Inc. a fusionné avec HRG — mais sans changement à la direction. Networc était actionnaire avec droit de vote de HRG, et ses actionnaires avec droit de vote incluent les directeurs et actionnaires de HRG. Le Dr Miller est directeur des services médicaux de Networc. Networc Health Care est aussi propriétaire de Columbia Health Care Inc., société privée de rééducation vendue lorsque son propriétaire du Nouveau-Mexique, Sun Healthcare Group, a demandé la protection de la loi américaine sur les faillites en 1999. Columbia exploite sept centres de rééducation dans l’Ouest du Canada, tirant profit de contrats avec des tiers payeurs comme les commissions des accidents du travail et les compagnies d’assurances, de même que des patients de l’extérieur du pays.

 

Sur la piste de l’argent : Le géant des services de laboratoire privés MDS, directement et par l’intermédiaire des fonds de capital de risque qu’il gère, a investi 3 millions de dollars dans le démarrage de HRG, dont 2,23 millions de dollars de son Fonds de découvertes médicales canadiennes et 279 000 $ de son Fonds d’entreprises en santé et en biotechnologie. MDS, avec ses partenaires et filiales, contribue généreusement à la caisse des conservateurs de l’Alberta. Deux dirigeants de MDS ont occupé des postes au conseil d’administration de HRG. Cette société a donné plus de 42 000 $ aux conservateurs de l’Alberta en 1994 et 1999.

Services à vendre : En 2000, HRG a décroché un contrat de deux ans avec la Régie de la santé de Calgary, d’une valeur de 253 000 $; le contrat porte sur un vaste éventail de chirurgies du pied et de la cheville. La régie peut prolonger le contrat d’une autre année. Le Dr Miller a signé le contrat le jour où le projet de loi 11 a été adopté. HRG opère aussi les patients recommandés par la Commission des accidents du travail et effectue des chirurgies plastiques.

La capacité de HRG de faire des profits à même le système de soins de santé public devrait s’accroître de façon exponentielle. En février 2002, HRG a obtenu le feu vert du Collège des médecins et chirurgiens de l’Alberta pour les opérations exigeant une hospitalisation et n’attend plus que l’autorisation finale du ministre de la Santé de l’Alberta. HRG prévoit devenir la première clinique privée de l’Alberta offrant des services de remplacement d’articulations, comme la hanche, le genou et l’épaule, et de chirurgie de la colonne vertébrale exigeant une hospitalisation de plus de 24 heures.

Le Dr Miller a déclaré que dès qu’il obtiendra l’autorisation finale, il communiquera avec la Commission des accidents du travail. Il a déclaré au Edmonton Journal que la conclusion de contrats avec la régie de la santé pourrait suivre rapidement. « La régie sait qui nous sommes et ce dont nous sommes capables », déclare Miller. C’est le moins qu’on puisse dire. Miller vise aussi les forces armées, la GRC et d’autres employées et employés fédéraux. Un projet de transformation d’une partie de l’ancien hôpital Grace en complexe pour personnes âgées pourrait stimuler encore davantage les activitéscommerciales de HRG.