Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

 

Partout dans la province sont enterrés les restes des partenariats public-privé qui ont été des échecs. Des prisons privées aux écoles en cession-bail, en passant par la restructuration des services menée par les entreprises privées, la vraie nature des 3P est apparue sous le microscope du vérificateur de la province. L’école Evergreen Park en est un exemple frappant.

Le rapport du vérificateur de la province de 1998 dénonçait le fait que l’école en cession-bail de Moncton avait coûté près de 900 000 $ de plus que si la

propriété et le financement du projet avaient été publics. Le vérificateur, soulignant que les entreprises ne peuvent pas emprunter à d’aussi bons taux que le gouvernement, a conclu que la différence dans les taux d’intérêt avait coûté à la province près de 400 000 $. Et, en plus, la province paie 421 000 $ pendant la durée de l’entente de 25 ans pour louer un terrain qu’elle a vendu 275 000 $ à la société Greenarm.

Le gouvernement avait prévu économiser 184 000 $ grâce au partenariat public-privé — qui a fini par coûter 900 000 $ de plus. Le vérificateur de la province a conclu que le gouvernement avait surestimé certains coûts pour rendre les 3P plus attirants qu’ils ne le sont réellement. Greenarm n’assume aucun risque pendant 25 ans, ni pour le bail, ni pour l’entretien, et toutes les augmentations de coût sont prévues. La province pourra racheter l’école après 25 ans pour 2,5 millions de dollars, ou continuer de la louer, à un coût inconnu, pendant 10 autres années.

L’entente occulte également d’autres détails financiers. Greenarm ne veut pas divulguer les revenus qu’elle prévoit retirer de l’école 3P. Son contrat de location stipule que l’information relative aux coûts d’exploitation sera fournie à la province « au besoin », mais que cette information ne sera utilisée qu’aux fins du bail.

Le concept des 3P réduit aussi le contrôle exercé par la collectivité sur un espace qui était autrefois public. Le directeur de l’école Evergreen Park n’a d’autorité sur l’édifice que pendant certaines heures : du lundi au vendredi de 7 h à 18 h, plus un soir par semaine au cours duquel devront avoir lieu des activités comme les rencontres parents-enseignants et les tournois sportifs. L’un des partenaires du projet de l’école Evergreen est une entreprise de perfectionnement en technologie qui détient des droits secondaires sur l’école.

Entre autres projets, une prison pour jeunes contrevenants devait aussi ouvrir la voie des 3P. Le vérificateur a constaté que le coût d’un emprunt privé ajouterait 404 000 $ à ce qu’il en coûte à la Wackenhut Corrections Corporation pour financer et construire l’établissement de détention pour jeunes contrevenants de Miramichi — là encore, nous sommes loin des économies de 708 000 $ prévues par le gouvernement. Andersen Consulting a travaillé à la restructuration du système d’aide sociale de la province pendant plus d’un an, sans avoir signé de contrat. Et le public a dû payer 10 millions de dollars pour annuler une réorganisation du système de perception de l’impôt de la province qui a lamentablement échoué. L’argent est allé à un consortium dirigé par IBM.

 

L’autoroute privée de la province a aussi été examinée de près par le vérificateur (voir l’encadré). Dans tous ces projets, c’est le secteur public qui assume une bonne partie des risques, pendant que les entreprises récoltent les profits.