Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le 15 novembre 2001

Appel urgent pour soutenir un nouveau momentum grandissant

De crainte d’oublier ceux qui sont emprisonnés par erreur, qui continuent de subir, tous les jours, la violation et l’érosion continues de leurs droits civiques collectifs et de leurs droits de la personne. De crainte d’oublier que Leonard Peltier, en prison depuis 26 ans, n’a jamais eu droit à une audience équitable, devant quelque tribunal que ce soit sur cette terre, audience qui respecterait ses droits constitutionnels à une application équitable de la loi.

Aux présidences et conseils exécutifs et membres des sections locales du SCFP avec l’encouragement et le soutien des bureaux régionaux et national du SCFP. Nous aimerions vous demander de présenter cette lettre de conscience et cet appel à votre prochaine réunion du conseil exécutif.

Nous vous prions instamment de nous appuyer en faisant une contribution financière au CDLP Canada, contribution qui servira à renouveler et rebâtir les efforts pour une nouvelle campagne.

Pouvons-nous réellement imaginer ce que les personnes innocentes doivent endurer lorsqu’elles sont emprisonnées jour et nuit pour le reste de leurs jours, condamnées à vivre dans un tombeau? Ou pouvons-nous imaginer qu’une personne a été accusée d’un crime sans qu’il n’y ait jamais eu de preuve concrète? Et si cette personne ne faisait que défendre les droits de son peuple contre l’inégalité, le racisme, la pauvreté et l’extinction de leurs terres et des droits découlant des traités?

Voilà la terrible réalité pour Leonard Peltier, à qui les tribunaux ont imposé deux sentences d’emprisonnement à vie consécutives dans une prison américaine pour la mort par balle, en 1975, de deux agents du FBI. N’oublions pas l’échec du Canada de reconnaître sa responsabilité dans cette affaire. En 1976, les autorités canadiennes ont remis Leonard aux États-Unis; ce pays nous avait promis que Leonard aurait droit à un procès équitable. Nous savons maintenant qu’il a été extradé uniquement sur la base de fausses preuves, la plupart fournies par le propre témoin du FBI qui avait été victime de coercition et de manipulation. Mais la cour canadienne et le ministre de la Justice ont rejeté toutes les demandes d’appel, refusant d’examiner le témoignage contradictoire de la victime, témoignage qui a été donné après l’audience en matière d’extradition mais avant que Leonard soit remis aux autorités américaines.

Bon nombre d’entre vous êtes conscients, profondément conscients, de cette affaire en matière des droits de la personne. Bien que notre campagne pour demander clémence ait échoué l’année dernière, nous avons fait bien des progrès. Nous comprenons mieux les réalités de cette affaire. Mais ce qui est plus important, les preuves ont été finalement entendues lors de l’Enquête Kaufman, une enquête semi-judiciaire tenue à Toronto, l’année dernière, présidée par un juge doyen à retraite. La seule raison pour laquelle le confrère Leonard est en prison aujourd’hui est que de telles preuves n’étaient pas admissibles devant quelque tribunal de droit que ce soit. Aucun tribunal impartial n’aurait jamais pu l’accuser si on avait jugé les preuves admissibles en cour! Voilà la raison pour laquelle nous ne pourrons jamais tourner le dos sans contrevenir aux fondements de ce que nous représentons réellement quand nous affirmons appuyer les droits de la personne et les droits civils.

Donc, sans avoir de choix, nous devons continuer et continuerons à demander justice et liberté pour notre confrère Leonard Peltier. Nous sommes encouragés de voir un nouveau momentum grandissant mais il reste beaucoup de travail à faire.

Les exemples de projets et de voies que nous examinons et développons incluent :

¨ UNE DEMANDE DE DIVULGATION DE PREUVES POSSIBLEMENT NOUVELLES :

Une demande en vertu de la Loi sur la liberté d’accès à l’information (LLAF) pour obtenir tous les documents non divulgués de la part du FBI, de la GRC et du gouvernement sur l’affaire que les gouvernements américain et canadien ont en leur possession.

¨ L’ÉLABORATION D’UNE CAMPAGNE DE LOBBYING POLITIQUE ET D’UN PLAN D’ACTION :

L’élaboration avec les députés de tous les partis d’une nouvelle campagne de lobbying parlementaire qui inclurait une demande, présentée par les membres, pour obtenir les documents en vertu de la LLAF, des pétitions, l’introduction d’une motion parlementaire et d’autres projets de lobbying et de défense internationale. Nous voulons que le gouvernement reconnaisse que l’audience en matière d’extradition a été erronée et mensongère.

¨ LE LANCEMENT D’UN APPEL EN MATIÈRE DE DROITS DE LA PERSONNE SUR LE PLAN INTERNATIONAL :

La présentation d’un grief et d’un appel auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales sur les droits de la personne, sur les affaires judiciaires et autres organisations politiques.

¨ LA COORDINATION POUR REJOINDRE LES GENS ETTIR UNE COALITION :

La rédaction de lettres, un lobbying constant et un travail de solidarité avec les organisations syndicales, autochtones, des droits de la personne ainsi que des organisations légales et internationales ainsi que leur structure de réseautage.

Le mouvement syndical canadien est un partenaire fort et engagé dans nos efforts de coalition pour créer une nouvelle campagne. Nous nous réjouissons de ses efforts créatifs pour donner la priorité à la libération de Leonard. Le 5 décembre 2001, la Fédération du travail de l’Ontario décernera son prix des droits de la personne au confrère Leonard. À Ottawa, d’autres membres du CTC, dont le SCFP-CUPE et le syndicat national, lanceront leur propre campagne renouvelée pour les membres à l’échelle du Canada. Les syndicalistes rédigent de nouvelles résolutions, publient des mises à jour et présentent à leurs conseils un appel uni pour le soutien de Leonard. Enfin, nous remercions sincèrement les conseils exécutifs et les membres du SCFP pour leur leadership à appuyer notre travail et à nous aider à vous rejoindre directement et nous leur en sommes fort reconnaissants.

Veuillez communiquer avec le CDLPC pour obtenir de l’information sur des conférenciers, sur la rédaction de résolutions et de lettres, sur les documentaires et autres ressources à tél/téléc (416) 439-1893 ou CDLPcfd@web.net.

Leonard Peltier

Vous pouvez faire un don à la Caisse de la campagne en libellant votre chèque à LPDC Canada, 43 Chandler Dr., Scarborough, Ontario Canada M1G 1Z1.

SVP faire parvenir les copies de lettres à Harminder Magon,

a/s SCFP-CUPE, 21, rue Florence, Ottawa, On K2P 0W6

siepb 491