Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

 

(Fort Frances) – Les travailleuses et travailleurs des services pour le développement, membres de la section locale 65 du SCFP, à l’emploi de l’Association pour l’intégration communautaire de Fort Frances et de la région (AIC) sont inquiets parce que l’association ne respecte pas son mandat pendant le conflit de travail en cours.

« Nous ne croyons pas que les clients de la résidence de Hudson Drive reçoivent les soins et services que l’association doit leur donner », d’affirmer Jules Tupker, conseiller syndical du SCFP.

« Les clients n’ont pas les mêmes possibilités de quitter leurs résidences et de se retrouver dans la collectivité comme ils le seraient normalement et ils ne sortent pas pour faire le travail qu’ils sont habitués de faire.

« Certains des membres du personnel de direction et de supervision qui s’occupent des clients ne sont pas formés et nous estimons que seuls les besoins fondamentaux des clients sont respectés. Cela ne suffit pas et ne devrait pas être permis », d’ajouter M. Tupker.

Le syndicat a écrit une lettre aux membres du conseil d’administration de l’association, les incitant à accepter leurs responsabilités en tant que membres de la direction de l’AIC en revenant à la table de négociation pour conclure une entente équitable afin que les travailleuses et travailleurs de la section locale 65 du SCFP puisse revenir prendre soin de leurs clients.

« L’organisme de coordination de l’employeur, l’Association pour l’intégration communautaire de l’Ontario (AIC), a commandé une étude qui montre que le personnel des AIC de la province touche 25 % de moins en salaire que les personnes qui font un travail similaire dans les écoles, les hôpitaux et les services sociaux », de dire M. Tupker. Les membres de la section locale 65 du SCFP gagnent entre 9,00 $ et 15,27 $ l’heure et aimeraient certainement réduire l’écart immédiatement. Mais nous sommes réalistes et savons qu’il faudra du temps avant d’atteindre cet objectif. »

Les membres de la section locale 65 du SCFP, qui ont débrayé le 10 mai, veulent obtenir un régime de retraite ainsi qu’une augmentation de salaire qui les rapprocherait de la norme provinciale. Un régime de retraite est une chose que l’agence n’a jamais eue et les membres ont hâte qu’un régime soit implanté.

Le Syndicat canadien de la fonction publique, le plus important syndicat canadien, représente les travailleuses et travailleurs dans les soins de santé, l’éducation, les municipalités, les services sociaux, les bibliothèques, les services publics, le transport terrestre et aérien ainsi que dans les services d’urgence. Le SCFP représente un demi million de personnes, dont 180 000 en Ontario.

Pour tout renseignement supplémentaire, veuillez communiquer avec :
Neill Walker, conseiller aux Communications
(416) 292-3999
Jules Tupker, conseiller syndical
(807) 345-1731 (bureau)
Gwen Miller, présidente, section locale 65 du SCFP
(807) 275-7157 (tél. cell.)