Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.
La privatisation et les coupures ne sont rien de nouveau sur les campus des cg0065ps et des universits0020au Canada. Mais cet automne, la lutte est plus urgente que jamais, alors que les membres du SCFP se ht0065nt pour contrer une explosion de la privatisation sur les campus.

Le point zr006f est lOntario, o 006c00650020gouvernement conservateur a ouvert la porte aux universits0020prive0073. Si les conservateurs obtiennent ce quils veulent, les entreprises prive0073 pourront remettre des diplm00650073 pour la toute premir0065 fois au Canada.

Pendant des anne0073, le gouvernement a essay 0064imposer la privatisation et la sous-

traitance sur les campus en rationnant et en rd0075isant les fonds quils reo0069vent , de dire Kirk Sprague, prs0069dent du Comit 0064e coordination des travailleuses et travailleurs universitaires du SCFP-Ontario. Il souligne g0061lement le Superfonds de la province qui impose des ententes de partenariat public-priv 0061ux t0061-blissements publics en manque dargent.

videmment, a0020navana0069t pas assez vite pour eux et nous mettions trop de bt006fns dans les roues. Le gouvernement prend alors une approche plus directe, de dire M. Sprague, un spc0069aliste de traitements antiparasitaires de lUniversit 0047uelph et membre de la section locale 1334 du SCFP.

Il affirme quavec les universits0020prive0073, les frais de scolarit 0061ugmenteront, que laccs0020sera plus difficile et que la responsabilisation ira 0076au-leau. Si on permet aux universits0020prive0073 davoir pignon sur rue dans la province, elles p0075iseront les ressources et les fonds publics dj limits002c cra006et un systm0065 dd0075cation pour les riches et un systm0065 paralll0065 pour les autres.

Vous savez la direction que prend le gouvernement et ce nest pas de ri006ejecter de

largent dans le systm0065 public , de dire

M. Sprague.

Connaissant les projets du gouvernement de lOntario, les travailleuses et travailleurs universitaires de la province y rs0069stent et tentent de contrer lintroduction duniversits0020prive0073. Et ces gens se prp0061rent pour la bataille de leur vie.

Nous devons lutter avec acharnement contre les universits0020prive0073. Parce quen vertu des rg006cements de lALENA, une fois que les universits0020prive0073 seront en place, ce sera fini. Fini lenseignement public , de dire Mike Boland, assistant de recherche 006cUniversit 0042rock et prs0069dent de la section locale 4207 du SCFP.

Face aux coupures sur plusieurs fronts

Dans toute la province et partout au Canada, les travailleuses et travailleurs du secteur postsecondaire du SCFP font face aux coupures et 006ca privatisation.

En Nouvelle-cosse, les attaques se produisent sur tous les fronts, y compris celui des universits002e

Le gouvernement Hamm semble avoir une vision t0072oite et ses limites sont la privatisation , de dire Barbara Moore, prs0069dente de la section locale 3912 du SCFP. Sa section locale, qui est en ng006fciation actuellement, reprs0065nte les enseignantes et enseignants 0074emps partiel des universits0020Saint Marys, Mount Saint Vincent et Dalhousie, de mm0065 que les assistantes et assistants de recherche de lUniversit 0044alhousie.

Selon Barbara Moore, linfluence des entreprises est omniprs0065nte. lUniversit 0044alhousie, une aire de restauration qui auparavant t0061it un centre bruyant de la vie t0075diante, est un endroit inutilisable le soir, 0063ause des restaurants 0073ervice rapide qui ont remplac 006ces

services alimentaires quoffrait luniversit.0020

La nourriture est tellement infecte que les restaurants nattirent pas suffisamment de gens et ne gnrent pas assez de profits. Ils ferment donc tt002c0020et les gens vont ailleurs.

lUniversit 0053aint Marys, lc006fle de commerce est situe0020dans un d0069fice pay 0070ar la chan0065 dalimentation Sobeys et qui porte son nom. De plus, le nouveau prs0069dent de luniversit 0070articipe 0075n groupe de rf006cexion de la droite appel 0049nstitut de lAtlantique pour les t0075des de march.0020 Nous pouvons voir lido006cogie de la privatisation qui sinfiltre aux plus hauts niveaux , a-t-elle dit.

Les membres de la section locale de Barbara Moore luttent pour conserver leurs cours dt, cours que lemployeur donne aux membres retraits0020du corps professoral 0074emps complet comme prime pour avoir pris une retraite anticipe002e

On joue avec nous dans le cadre dun jeu de la main-duvre 0062on march 0065t les t0075diantes et t0075diants en souffrent , de dire Mme Moore. Nombre de membres de sa section locale travaillent dans plusieurs t0061blissements pour gagner suffisamment dargent afin de joindre les deux bouts, et comptent sur les cours dt pour arrondir leurs revenus.

Les faibles salaires sont une pro0063cupation pour les travailleuses et travailleurs universitaires de St. Catharines (Ontario). Les assistantes et assistants de recherche, de mm0065 que les enseignantes et enseignants 0074emps partiel de lUniversit 0042rock ont obtenu une premir0065 convention collective en juin 1999, mais le groupe mn0065 une bataille constante.

Luniversit 006eous considr0065 comme une main-duvre transitoire et elle le dm006fntre en offrant un des taux de salaire les plus faibles de la province et en faisant tout ce qui est en son pouvoir pour empc0068er les gens dobtenir la permanence , de dire Mike Boland.

lUniversit 0059ork, les membres du SCFP ont d 007200650063ourrir 006ca grv0065 pour lutter contre les faibles salaires et la corporatisation progressive, que dit James Beaton, assistant de recherche en sociologie et membre de la section locale 3903 du SCFP.

La section locale 3903 du SCFP a amorc 006ca ng006fciation en t0061nt prt0065 0063ontester lattitude corporative profondm0065nt ancre0020au sein de la direction de lUniversit 0059ork. Le nouveau modl0065 corporatif de luniversit 0070orte uniquement sur linsc0075rit 0070rofessionnelle, la pression pour rd0075ire les salaires et les avantages sociaux et la privatisation , de dire James Beaton.

M. Beaton t0075die les ententes de partenariat industrie-universit 0065t leurs effets sur lenseignement et la recherche, de mm0065 que lopposition 0063ette tendance. Il affirme que le campus corporatif signifie une plus grande utilisation des membres du corps professoral flexibles 0074emps partiel et 0063ontrat, largent plus restreint pour la recherche et lenseignement t0061nt consacr des programmes pertinents pour lindustrie qui portent sur la technologie et les affaires aux dp0065ns des arts et des sciences sociales.

Mike Boland souligne g0061lement la commercialisation de la connaissance et la cra0074ion, par les universits002c de gros bureaux de brevets cot006500750078. Ds0020quil est impossible de partager linformation et les dc006fuvertes entre les dp0061rtements ou les disciplines, cest un trs0020gros plus pour de nouvelles prises de contrl00650020par les entreprises.

Des frais de scolarit 0070lus l0065vs0020sont une autre consq0075ence des coupures et de la corporatisation, laissant de nombreux t0075diantes et t0075diants peiner pour payer leur loyer, 0070lus forte raison faire leurs travaux universitaires. Lintroduction de frais de scolarit 0061 t un coup dv0061stateur pour les t0075diantes et t0075diants diplm0073 de lUniversit 0059ork.

Au cours de lt, le financement pour les t0075diantes et t0075diants diplm0073 a diminu 0064e telle sorte que ces personnes travaillent uniquement pour payer leur frais de scolarit.0020 Le financement des cours dt0075des supr0069eures dt ne rp006fndant pas aux besoins fondamentaux de la vie, nombre

dt0075diantes et dt0075diants occupent des emplois 0074emps partiel en plus daccomplir leurs travaux universitaires. Ces personnes ont donc moins de temps pour faire la recherche et publier, des activits0020qui sont essentielles pour les emplois futurs dans les universits0020, de dire M. Beaton.

Sa section locale lutte maintenant pour maintenir la protection des frais de scolarit 0070our tous ses membres, cest une concession que lemployeur essaie dimposer.

Il semble que ladministration de lUniversit 0059ork espr0065 quen ng006fciant chaque anne002c la section locale se fatiguera et se dm006fbilisera et ne pourra plus rs0069ster aux concessions. Mais cest loin dt0072e le cas. Chaque anne002c la section locale apprend

de nouvelles stratg0069es de df0065nse et de mobilisation.

Il est clair que lemployeur veut bt0069r une universit 0071ui met laccent sur les intrts privs0020plutt00200071ue sur lintrt public et quil compte sur une main-duvre 0062on march 0065t incertaine. La section locale 3903 du SCFP rs0069ste 0063es tendances et bt0069t une meilleure universit York , de dire James Beaton.

Karin Jordan

Faire des gains

lUniversit 0064e Toronto, on a ripost 0065t remport 006ca victoire sur une ligne de piquetage du SCFP. Les 80 personnes 006cemploi de la Librairie ont db0072ay,0020le 7 juin, pour obtenir une premir0065 convention collective et des salaires q0075itables. Les travailleuses et travailleurs 0074emps partiel, membres de la section locale 3261 du SCFP, sont des caissiers et des commis 006cemploi de la Libraire de lUniversit 0064e Toronto.

Aprs0020un t sur la ligne de piquetage, les travailleuses et travailleurs, dont bon nombre t0061ient de jeunes gens qui vivaient leur premir0065 expr0069ence syndicale, ont obtenu une premir0065 convention collective qui comprend une procd0075re de rg006cement des griefs, des droits danciennet,0020la sc0075rit 0064emploi et une augmentation de salaire. Leur employeur a rs0069st 006ausqu 006ca fin.

Lemployeur t0061it extrm0065ment hostile. Il ne voulait pas seulement nous faire signer une mauvaise premir0065 convention collective. Il voulait dm0061nteler le syndicat , de dire Paul Lykotrafitis, un commis aux commandes de la bibliothq0075e et chef de piquetage de la

section locale pendant la grv0065.

Une de nos demandes clefs t0061it une augmentation de salaire pour t0072e au mm0065 niveau que les deuxim0065s plus bas salaris0020de librairie au Canada, qui travaillent 006cUniversit 0059ork. un certain moment, lemployeur nous a offert 6,85 $ de lheure, moins que notre salaire de dp0061rt actuel, a-t-il dit. Nous avons finalement obtenu une augmentation de salaire, mais nous sommes quand mm0065 les travailleuses et travailleurs de librairie les moins bien pays0020au Canada.

Les Presses de lUniversit 0064e Toronto sont un trs0020bon exemple dune universit 0070ure et dure. LUniversit 0061 cr cette socit fictive distincte, une entreprise qui appartient 006cuniversit,0020est contrl0065 par elle et qui lui remet tous ses profits.

M. Lykotrafitis affirme que lemployeur espr0061it que les gens ne tiendraient pas le coup tout lt et iraient travailler ailleurs, ce qui affaiblirait la ligne de piquetage. a ne sest pas produit, malgr 0075ne forte intimidation. M. Lykotrafitis a t la cible dune attaque patronale anti-gais et un autre piqueteur a reu0020des menaces de mort.

Mais plus lemployeur faisait pression, plus les lignes de piquetage t0061ient solides. Les grv0069stes ont reu0020lappui des gens sur le campus et dans la collectivit.0020 Lauteure Margaret Atwood, qui a c0072it une lettre cuisante 006cUniversit,0020les a g0061lement soutenus.

Pendant la dure0020de la convention collective de 13 mois, des activistes comme Paul Lykotrafitis seront fort occups002e Nous renforcerons nos travailleuses et travailleurs 0074emps partiel. Nous tenterons de syndiquer les travailleuses et travailleurs 0074emps complet. Et nous serons de retour pour faire dautres gains 006ca table de ng006fciation.