Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.
Dans un effort pour sauver l’assurance-maladie et prévenir une épidémie de soins de santé à deux vitesses, le SCFP a dépêché des ambulances, qui sont parties de différents points du Canada pour se rendre en Alberta.

 

Le message était clair. Nous avons besoin de plus de fonds pour les soins de santé, et ce immédiatement. Nous devons arrêter le projet de loi 11 et d’autres projets de privatisation des soins de santé. Nous devons renforcer l’assurance-maladie.

 

Et la réponse a été formidable. Dans les hameaux qui ne sont guère plus qu’une croisée des chemins, dans les grands centres urbains, dans les centres commerciaux et dans les salles de bingo, les Canadiennes et Canadiens, d’un océan à l’autre, ont manifesté leur enthousiasme pour appuyer l’assurance-maladie; ils ont également félicité le SCFP pour avoir mené la campagne.

 

Suivant l’exemple de la réussite de la campagne ontarienne pour arrêter la privatisation des services d’ambulance locaux, le SCFP a dépêché trois ambulances, de St. John’s (T.-N.), Nanaimo et Hamilton – pour sillonner le pays afin de sonner l’alarme.

 

L’objectif? Montrer la préoccupation du public et demander au gouvernement d’agir rapidement pour accroître le financement et empêcher la privatisation.

 

Les équipes ambulancières variaient d’une province à l’autre; elles étaient une combinaison de travailleurs paramédicaux, de travailleurs de première ligne des soins de santé et de présidents des divisions, femmes et hommes. Bien que certaines personnes aient été de vieux routiers, pour bon nombre d’entre elles, c’était la première fois qu’on leur demandait de jouer un rôle public de premier plan comme prendre la parole devant des foules, donner des entrevues aux médias, rencontrer les politiciennes et politiciens.

 

Le résultat? Un succès sans précédent. Un accueil chaleureux dans des centaines de collectivités, une couverture médiatique qui, si elle avait été payée, aurait coûté très cher, et des centaines de milliers de cartes postales pour Allan Rock. Dans la seule ville de Neepawa (Manitoba), 3 500 de population, 1 000 cartes postales ont été signées.

 

Les équipes ambulancières ont rédigé des rapports quotidiens qui ont été affichés sur le site Web du SCFP afin que tout le monde puisse suivre leur progrès à travers le pays. Voici des extraits de ces rapports. Pour l’histoire complète - la lecture en vaut la peine - voir le site Web du SCFP à www.scpf.ca

 

Le 15 février, Terre-Neuve

 

« Les routes de la péninsule Northern étaient dangereuses. Il était téméraire d’essayer de se rendre à St. Anthony mais nous avons persévéré. Nous sommes arrivés à Green Island Cove où nous avons frappé un voile blanc arctique, suivi d’une rafale et sommes restés pris dans la neige. Trois hommes de la place nous ont aidés et nous ont dit qu’il y avait des amoncellements de neige de dix pieds un peu plus loin et qu’on avait enlevé de la route tout l’équipement de déneigement. Nous avons dû rebrousser chemin à contrecoeur. »

 

Le 17 février, Ontario

 

« Beaucoup de gens sont venus nous voir à Renfrew – même les chiens y étaient. Les médias locaux étaient sur place. Les gens avaient hâte de prendre les cartes postales et les tracts. Nous avons eu une activité pleine d’enthousiasme à Pembroke – très enchantés – et un accueil chaleureux à la base ambulancière de l’Hôpital de Mattawa. »

 

Le 18 février, Colombie-Britannique

 

« À l’assemblée de Kelowna, Alan Claridge a dit à un auditoire réceptif : « Vous ne pouvez pas mettre les personnes âgées dans un entrepôt. » Son fils Don a été chaleureusement

et longuement applaudi quand en référence à la dure lutte à mener pour l’assurance-

maladie, il a dit : « Maintenez la pression et ne vous excusez jamais de la maintenir! » Leurs histoires illustrent clairement comment les forces de la privatisation, dans ce cas utilisant le nom amical de PPP, prennent l’offensive dans le cœur des collectivités et ont fait le lien entre une situation locale et la campagne nationale du SCFP. »

 

Le 21 février, Nouvelle-Écosse

 

« Le dernier arrêt de la journée a été à l’Hôpital général de Digby, dans le pittoresque village de pêche du même nom. Les journaux locaux avaient envoyé des représentants et nous avons distribué beaucoup de cartes postales et les gens en demandaient encore. Ce qui est intéressant avec cette campagne c’est que nous n’avons pas encore rencontré qui que ce soit qui soit contre ce pour quoi nous luttons. Carl Crouse l’a résumé quand il a dit : « Le régime des soins de santé a pris soin de nous depuis plus de trente ans. Maintenant, c’est à nous de prendre soin de lui. »

 

Le 22 février, Manitoba

 

« Le premier événement de la tournée du Manitoba a été la visite du bureau de Lloyd Axworthy. WOW!!! Les médias de Winnipeg étaient largement représentés. Ils y étaient tous. J’étais si heureux de voir l’en-thousiasme des gens. Je peux même dire que j’avais une grosse boule dans la gorge parce que j’étais tellement fier d’avoir été choisi pour participer à tout cela. »

 

Le 23 février, Manitoba

 

« Deux personnes âgées se sont présentées à l’ambulance et nous ont dit avoir entendu parler de nous à la radio et voulaient venir nous parler. Elles voulaient savoir où elles pouvaient signer les cartes et voulaient aussi nous remercier pour la lutte pour le maintien de notre système de soins de santé et elles nous ont dit de continuer notre travail pour les Canadiennes et Canadiens. »

 

Le 25 février, Alberta

 

« Une jeune dame de Valleyview, Mary Werklund, âgée de 80 ans, avait une pétition de 250 noms. Nous l’avons toutes et tous signée avec plaisir. Puis cette dame infatigable nous a demandé des cartes et des tracts pour apporter avec elle afin de faire signer d’autres cartes. C’était si encourageant et positif, c’était réconfortant. Les gens nous ont remercié pour la campagne pour mettre un terme à la privatisation de nos hôpitaux et des services de santé. Un groupe comme celui-ci est bon pour le moral. Cela rend la tournée encore plus significative. »

 

Le 25 février, Île-du-Prince-Édouard

 

« L’arrêt final a été à midi, dans la ville de Summerside, où la police locale nous a escortés à travers la ville, sirènes et lumières allumées. Nous avons reçu un appui non équivoque de la part de toute la classe politique, provinciale et municipale. Mais le gouvernement conservateur de Pat Binns brillait par son absence et son silence assourdissant. À chaque arrêt que nous avons fait, nous en avons profité pour les dénoncer pour leur manque d’appui. »

 

Le 28 février, Saskatchewan

 

« Les routes étaient quelque peu glacées mais le temps s’est changé en pluie à mi-chemin vers Saskatoon. Sommes arrivés à temps pour laver l’ambulance avant de nous rendre à la clinique communautaire. Beaucoup de gens à la clinique et bonne couverture médiatique. Encore une fois, Kelly a tenté de nous faire arrêter pour avoir utilisé la sirène et les lumières, les médias nous ont demandé de le faire! Je sais que nous avons eu beaucoup de temps d’antenne, déjà, étant donné que j’ai reçu plusieurs appels de gens me disant qu’ils nous ont entendus à la radio. »

 

Le 29 février, Nouveau-Brunswick

 

« Les quatre dernières journées ont été une expérience d’apprentissage pour moi étant donné que c’était le premier événement d’importance que j’ai fait au SCFP et si on me demandait de le refaire, la réponse serait OUI. Le personnel me semble irréel, les membres locaux rencontrés pendant la tournée me semblent irréels et le soutien de la population, eh bien, je ne peux le décrire. C’est bon de voir que les gens sont intéressés par ce qui se passe au Canada et qu’ils sont à l’unisson pour lutter contre ce qui pourrait arriver à notre régime d’assurance-maladie. »

 

Le 13 mars, Québec

 

« Sillonné la quasi totalité du territoire québécois, du Bas-St-Laurent jusqu’en Abitibi, faisant plus de 13 000 kilomètres. Très bonne expérience. Formidable accueil des petites communautés loin des grands centres.

 

Les gens étaient si heureux de nous voir. Excellente couverture médiatique. Notre message a été bien reçu d’un bout à l’autre de la province. »