Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les membres du SCFP de l’Île-du-Prince-Édouard avaient raison de se réjouir, cet été, après avoir obligé le gouvernement provincial à renoncer par deux fois à des propositions de PPP distinctes.

C’est en mai que ces personnes ont remporté la première victoire, quand le gouvernement conservateur a décidé de ne pas privatiser Waste Watch, un des programmes de recyclage et de compostage ayant le plus de succès au pays.

Les membres de la section locale 501 du SCFP étaient déterminés à maintenir les projecteurs publics sur le programme Waste Watch. Les membres ont talonné les politiciens locaux, ont frappé aux portes et ont brandi des pancartes aux grandes intersections. Après plus d’un an, le gouvernement a cédé sous la pression publique et a renoncé à la proposition de PPP.

« Je suis certain que le travail de la section locale a fait toute la différence », de dire Bill McKinnon, président de la Division. « Notre message était simple et efficace et la population s’est ralliée. »

Mais quelques jours a peine après avoir pris sa décision concernant le programme de recyclage, le gouvernement a annoncé des projets pour la construction d’un hôpital près de Summerside en vertu d’un PPP. Cette fois-ci, les membres du SCFP de toute la province se sont mobilisés, ont porté des ma-carons de la campagne au travail, ont distribué des pamphlets et ont installé une ligne téléphonique spéciale que les personnes inquiètes pouvaient utiliser.

Encore une fois, le gouvernement a plié sous la pression. Au cours de la dernière semaine de juillet, le premier ministre Pat Binns a annoncé que le nouvel hôpital restera dans le domaine public.

« Peu importe comment vous les présentez. Les PPP ne sont pas une bonne affaire. Ils coûtent plus cher, livrent moins et garnissent les poches des investisseurs, de dire M. McKinnon. Je suis heureux de voir que nous avons pu éliminer la menace et j’espère que le gouvernement a appris sa leçon. »