Première méga compagnie canadienne de garderies à but lucrative

Edleun Group Inc. est la première compagnie de services de garde à l’enfance au Canada cotée en bourse. Elle a commencé à négocier à la Bourse de croissance TSX en mai 2010.

Les questions de qualité, d’accès et de financement dans le secteur des garderies commerciales inquiètent depuis longtemps le milieu de l’éducation préscolaire et des services de garde à l’enfance au Canada, mais jusqu’à présent la plupart des compagnies canadiennes de garderies commerciales étaient des entreprises relativement petites, appartenant à des particuliers. Or, depuis dix ou quinze ans, dans certains pays (Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni), on observe une prise de contrôle du secteur des services de garde à l’enfance par de mégas compagnies au potentiel de croissance exponentiel.

Les services offerts par ces entreprises fournissent une illustration graphique des problèmes qui surviennent lorsque de grandes compagnies jouent un rôle dominant dans les services de garde à l’enfance d’un pays.

Avec l’établissement d’Edleun au Canada, s’installe chez nous une sorte de méga entreprise de services de garde à but lucratif comme on n’en a jamais vu auparavant. Le groupe Edleun est lié au conglomérat australien ABC/123, qui a récemment fait faillite. En ce moment, il est bien positionné pour recueillir beaucoup de capitaux d’investissements, ce qui lui donnera les moyens d’acquérir une part importante du « marché » des services de garde à l’enfance au Canada.

Financement

Initialement, c’est San Anton Capital, une compagnie montréalaise de capital de risque, qui a fourni à Edleun les fonds requis pour lancer son entreprise. Depuis, Edleun s’est lié à d’autres compagnies : Macquarie Bank of Australia, les entreprises texanes de Triland International (avec des intérêts immobiliers en Alberta), Reichman Group of Canada, Vision Capital Corporation (nommé un des cinq plus importants fonds de couverture du Canada) et Canadian Real Estate Fund de la CIBC. Réunis, leurs capitaux d’investissements sont tels qu’ils ont un potentiel de croissance rapide. Le 18 novembre 2010, le groupe Edleun annonçait la signature prochaine d’un accord de crédit de 25 millions de dollars avec une banque canadienne, dont le nom n’a pas été dévoilé.

Le groupe Edleun se développe rapidement. Lorsque la compagnie a commencé à négocier en bourse en mai 2010, elle avait déjà acquis les actifs de l’entreprise albertaine 123 Busy Beavers. Ces actifs incluaient onze garderies de la bannière 123 Busy Beavers à Calgary et Edmonton, 123 Realco (0813594 BC ltd), une filiale détenue en propriété exclusive, et les investissements immobiliers en Alberta de Learning Care Group Trust, lequel était propriétaire d’installations et les louait à des garderies de la bannière 123 Busy Beavers.

Déjà en juillet 2010, le groupe Edleun avait déposé une offre d’achat pour une deuxième chaîne de garderies en Alberta et des intérêts immobiliers dans cette province. À la mi-septembre, le groupe possédait dix-sept garderies en Alberta et annonçait l’acquisition de trois autres garderies au début de novembre, pour un total de vingt.

Le prospectus d’Edleun entourant l’acquisition de 123 Busy Beavers révèle que les salaires versés à la haute direction et les dépenses d’entreprise étaient élevés.

Les onze garderies de 123 Busy Beavers avaient perdu 2,28 millions de dollars en deux ans, au 30 juin 2009. Les notes aux états financiers consolidés non vérifiés indiquaient que la société 123 Easy Beavers « avait un fonds de roulement nettement insuffisant ».

De plus, le prospectus du 10 mai 2010 faisait état de réclamations possibles à l’endroit de 123 Busy Beavers (dettes éventuelles) en lien avec le montant assumé par ABC Learning Centres Limited en Australie. Les avenants au dossier d’inscription initial d’Edleun indiquaient que la compagnie s’attendait à payer 8,5 millions de dollars pour acquérir les actifs de 123 Busy Beavers.

Buts et objectifs

Edleun affirme vouloir « poursuivre de manière stratégique » l’acquisition de garderies existantes au Canada et l’ouverture de nouvelles garderies. Son but est de « devenir le principal fournisseur de services d’éducation préscolaire et de garde à l’enfance au Canada ». Les marchés auxquels s’attaquera d’abord le groupe Edleun sont ceux de l’Alberta, de l’Ontario, du Québec et de la Colombie-Britannique. Ses objectifs comprennent « l’acquisition et l’amélioration de garderies existantes et l’ouverture de nouvelles garderies au Canada ».

Edleun affirme vouloir acquérir dix pour cent du marché des services de garde canadiens au cours des six prochaines années. Si la compagnie atteignait cet objectif, elle serait propriétaire de plus de 800 garderies sur un total d’environ 8 800 au Canada.

Historique

Les principaux dirigeants du groupe Edleun sont : Leslie Wulf, président-directeur général; Mark Davis, chef des opérations; Dale Kearns, directeur financier et Marnie Testa, vice-présidente à l’exploitation des garderies.

Monsieur Wulf a des antécédents dans des entreprises liées aux enfants, notamment auprès du géant mondial ABC Learning Centres/123 Global qui a fait faillite et a été mis sous séquestre en Australie en 2009. Auparavant, M. Wulf a dirigé Children’s Choice, une chaîne de garderies aux États-Unis, plusieurs entreprises de courses motorisées sur cendrée, une boulangerie-pâtisserie, une compagnie de logiciel en Australie et quelques autres initiatives en lien avec les enfants.

Monsieur Wulf a participé à plusieurs initiatives liées aux services de garde au Canada au cours des trois ou quatre dernières années. En 2007, en compagnie de Mark Davis, l’actuel chef des opérations d’Edleun, il a signé des lettres sur papier à en-tête d’Adroit Investments LLC, une firme du Texas, adressées à des garderies en Colombie-Britannique, Alberta et Ontario, leur proposant de les acquérir. En fin de compte, onze garderies en Alberta leur ont été vendues.

Elles ont été placées sous la bannière 123 Busy Beavers et sont administrées par du personnel lié à ABC Learning. Le programme éducatif est Lifesmart d’ABC. Marnie Testa, qui a travaillé pour ABC en Australie, a été, dans un premier temps, directrice nationale des opérations de 123 Busy Beavers; elle occupe actuellement le poste de vice-présidente à l’exploitation des garderies pour Edleun.

La deuxième initiative en lien aux services de garde au Canada dirigée par M. Wulf a été Educare Development Group en Alberta (connu aussi sous le nom de Canadian Educational Property Fund – CEPF et Canadian Childcare Educational Property Fund), dont l’adresse était à Plano au Texas.

Selon les renseignements fournis par l’entreprise, Educare Development a été créé par Adroit Investments et Triland International. Le site web d’Educare (il n’est plus en ligne) indiquait que 123 Busy Beavers, 123 Global Property Ltd et American Childcare Properties étaient trois de ses quatre clients.

Monsieur Wulf et Ted Rea ont contacté ou rencontré des gouvernements provinciaux au Canada dans le but de négocier des contrats de garderies « clés en main » – une formule de cession-bail hypernet pour des garderies avec baux à long terme – afin de créer, d’exploiter et de faire la location d’installations/garderies. Ils ont également engagé une firme de lobbyistes professionnels en Ontario. Il y a eu des négociations entre Educare/CEPF et divers gouvernements provinciaux, mais aucun accord n’a été signé.

Le projet d’Edleun Group Inc. est la troisième incursion de Monsieur Wulf dans le domaine des services de garde au Canada.

Edleun Group Inc.

Le conseil d’administration d’Edleun est composé de :

  • Barry Reichmann, président et directeur général de Reichmann International Development Corporation
  • Jeffry Olin, président et directeur général de Vision Capital Corporation
  • John Snobelen, ministre d’Éducation sous le gouvernement Harris en Ontario, maintenant chroniqueur pour le Toronto Sun qui a écrit des chroniques sur l’éducation préscolaire et les services de garde à l’enfance
  • Traudi Kelm, propriétaire de garderie en Alberta, qui préside également l’Office responsable de l’agrément des services d’éducation préscolaire et de garde à l’enfance dans cette province


Mark Davis, partenaire de M. Wulf lors de l’acquisition de garderies pour le compte de 123 Busy Beavers et dans Educare Development inc., était initialement administrateur du groupe Edleun, mais il ne siège plus au conseil. Il est devenu son chef des opérations.Ted Rea, administrateur délégué de Triland International, une entreprise immobilière du Texas (et partenaire dans Educare), est directeur de l’immobilier pour Edleun.

Le site web d’Edleun, www.edleun.com, est enregistré au nom de Leslie Wulf. Au départ, le numéro de téléphone d’enregistrement de la compagnie 214-717-4305 renvoyait à un numéro de cellulaire non publié de Grand Prairie au Texas. L’adresse d’enregistrement est le 30, Glendeer Circle SE, Calgary (Alberta), T2H 2Z7. (Numéros de téléphone : sans frais 888-808-2252 et 403-705-0362). Il existe deux sites web : http://www.edleun.com, un site pour les parents donnant l’emplacement des garderies et présentant leurs programmes d’activités, et http://www.edleungroup.com, un site de relations avec les investisseurs.

On y indique que TMX Equicom Group est la firme qui s’occupe des relations avec les investisseurs pour Edleun.

Selon la Presse canadienne (21 juillet 2010), « La compagnie… vise à consolider l’industrie fragmentée des services de garde au Canada ».

Programme déclaré d’Edleun

Projet de croissance

Edleun projette d’acheter des garderies existantes qui répondent à ses critères. Toutes les garderies ainsi acquises feront l’objet d’une restructuration et d’une mise à niveau complète. Ce qui comprend la mise en œuvre de programmes éducatifs et l’adoption de menus nutritifs de manière à satisfaire aux normes élevées de qualité d’Edleun.

Outre notre engagement à fournir des services de qualité et des choix aux parents, nous travaillons activement à ouvrir de nouvelles garderies « à la fine pointe » dans les quartiers résidentiels où il n’y a pas de garderies pour le moment ni de services de garde pour les employés d’entreprises environnantes (http://www.edleungroup.com, téléchargé le 20 septembre 2010).

Ce que nous avons appris

Aucun État qui considère les services de garde comme des entreprises commerciales ne peut prétendre à l’égalité d’accès et à une qualité élevée de services. Par contre, les pays où les services d’éducation préscolaire et de garde à l’enfance sont largement accessibles et de bonne qualité sont des pays dotés d’un système public de gestion et de financement de services de garde publics/sans but lucratif. Le Canada peut apprendre énormément de l’analyse comparative des politiques d’autres pays qui ont vécu des expériences négatives avec de mégas compagnies de garderies commerciales. Et il existe beaucoup d’informations sur les modèles de gestion publique et sur les services de garde sans but lucratif qui profitent aux enfants et aux familles plutôt qu’aux actionnaires.