Logo du SCFP

La privatisation est une décision idéologique et non économique

le 10 février 2011 9 h 15
 


Paul Moist a adressé la lettre ci-dessous aux journaux nationaux et torontois en réponse au projet de privatisation des services de collecte des ordures proposé par le maire de Toronto Rob Ford.

Madame, Monsieur,

Pas d’erreur possible : la privatisation des services de collecte des ordures de Toronto est une décision idéologique, purement et simplement.

L’étude réalisée par l’Institut C.D. Howe qui prétend que la sous-traitance permettra d’économiser est mal conçue et partiale. Souvent citées par les médias, sans critique ni analyse, les données utilisées dans l’étude ont été remodelées – étirées, massées et triturées par les complexités de l’économétrie – pour atteindre des résultats préconçus qui s’adaptent parfaitement au point de vue antisyndical.

Un examen clair et impartial des chiffres montre toutefois que les services de collecte des ordures de Toronto sont parmi les plus efficaces qui soient en Ontario. L’initiative d’établissement de normes des directeurs municipaux de l’Ontario (Ontario Municipal CAO’s Benchmark Initiative ou OMBI) montre que le coût par tonne pour la Ville de Toronto est systématiquement inférieur à la moyenne provinciale et à celle de nombreuses villes qui ont déjà sous-traité leurs services de collecte d’ordures.

Il n’existe aucune preuve solide que la sous-traitance peut mener à des économies à long terme. En fait, l’idéologie de la privatisation pourra permettre à une entreprise privée de se faufiler dans le système grâce à une soumission plus basse et de hausser ses prix une fois le contrat obtenu.

La Ville de Toronto emprunte une voie dangereuse qui doit être reconsidérée.

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Le président national,

Paul Moist
Syndicat canadien de la fonction publique