Mai est le Mois du patrimoine asiatique, l’occasion d’en apprendre plus sur la culture et l’histoire du militantisme des personnes d’origine asiatique. Ce mois nous offre la possibilité à tous de réfléchir à la force que notre mouvement syndical et nos communautés peuvent gagner en contestant l’oppression.

L’oppression a pris des formes diverses au cours de l’Histoire, qu’on pense à la Loi d’exclusion des Chinois et la soi-disant taxe d’entrée, au refus du droit de vote et de se présenter aux élections, à l’exploitation des travailleurs ferroviaires chinois et à l’emprisonnement des Canadiens d’origine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’incident du Komagatu Maru a marqué un point particulièrement bas dans l’histoire des droits de la personne au Canada. D’ailleurs, le SCFP applaudit l’intention du premier ministre Trudeau de présenter des excuses officielles pour les décisions racistes du gouvernement fédéral.

Or, au-delà des excuses, le gouvernement doit agir pour combattre l’oppression qui perdure aujourd’hui, Le SCFP exhorte donc le gouvernement libéral fédéral à :

  • abroger le projet de loi C-51, la Loi antiterroriste de Harper qui menace les libertés civiles et démocratiques de toutes les personnes qui vivent au Canada et qui mettent particulièrement en danger les communautés racialisées et marginalisées ;
  • répondre aux demandes des travailleurs migrants qui revendiquent les mêmes droits fondamentaux que les autres travailleurs en lien avec les programmes de travailleurs étrangers temporaires et d’aides familiaux résidants, sources, pour les entreprises canadiennes, de main-d’œuvre bon marché et très facile à exploiter ;
  • ratifier la Convention n° 189 sur le travail décent pour les travailleurs domestiques de l’Organisation internationale du travail et s’assurer de reconnaître et de protéger ces travailleurs vulnérables dans les lois canadiennes.

Le SCFP encourage aussi ses membres et ses sections locales à agir en ce Mois du patrimoine asiatique :

  • Soutenez les revendications de la Coalition pour les droits des travailleurs migrants du Canada en signant cette pétition adressée au gouvernement fédéral.
  • Adoptez le concept de ville sanctuaire, qui permet aux gens d’utiliser les services publics sans crainte d’avoir à révéler leur statut de migrant. Informez sur ce mouvement en branle à Vancouver, Toronto et Hamilton.
  • Inscrivez-vous au nouveau cours du SCFP sur les droits de la personne pour acquérir les compétences et les points de vue nécessaires afin de renforcer notre syndicat. Renseignez-vous auprès d’une école SCFP près de vous.