Logo du SCFP

Les membres font du lobbying avec la Coalition canadienne de la santé en faveur d’un renforcement du système de santé public

le 6 décembre 2011 6 h 16
 
Rose Streik fait une intervention lors de la session de formation du SCFP sur le lobbying. Sherry Hillier et Wanda Livingston participent à un jeu de rôle sur le lobbying. Wayne Brown et Serge Plourde partagent de l’information pendant une activité visant à « casser la glace ». Des membres du SCFP se joignent à la Coalition canadienne de la santé pour une session conjointe de formation. Gerry Flood, membre du SCFP, se tient à l’arrière. Jim Laverie, co-président du Comité d’action politique du SCFP (au centre) rencontre un député libéral de Nouvelle-Écosse, Rodger Cuzner, avec Ross Sutherland, Kyle Buott et Tammy Frail. Des membres du Comité national sur la santé ainsi que du Comité national d'action politique passent un après-midi ensemble à préparer leur journée sur la Colline parlementaire. Les députés Rathika Sitsabaiesan, Alexandre Boulerice et Anne Minh-Thu Quach ont participé à une discussion avec les membres du SCFP sur les défis politiques dans un contexte de gouvernement conservateur majoritaire. Le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury, a rencontré conjointement le Comité national sur la santé et le Comité national d’action politique.

Les membres et le personnel du SCFP des premières lignes du secteur de la santé se sont joints à la Coalition canadienne de la santé jeudi, sur la Colline du Parlement, pour participer à une série de rencontres avec des députés et parler de l’Accord sur les soins de santé du Canada.

Le SCFP a invité les députés à appuyer le système public de soins de santé du pays et à se joindre aux membres du SCFP pour trouver des façons d’améliorer les soins de santé publics.


Les lobbyistes ont rencontré des parlementaires et leur ont parlé de l’importance de l’Accord pour leurs patients, leurs pensionnaires et leurs communautés. Sherry Hillier, membre de la section locale 879 du SCFP et infirmière auxiliaire autorisée travaillant dans les soins de longue durée, a découvert qu’elle avait pris soin de la grand-mère de l’adjointe d’un sénateur dans un foyer de soins infirmiers de Terre-Neuve.

« Si vous avez la possibilité de faire du lobbying, n’hésitez pas, a affirmé Mme Hillier. Au début, j’avais peur, j’étais très nerveuse et je n’ai pas très bien dormi. Mais maintenant, je veux m’engager et en faire encore plus. »

Rose Streick, présidente de la section locale 1550 du SCFP, travaille au Centre des sciences de la santé. Pour elle, parler avec un député néo-démocrate, c’était comme parler avec un autre militant. Elle s’attendait à ce que la conversation soit rigide et formelle, mais c’était tout le contraire. « En fin de compte, nous sommes tous des citoyens du Canada et les soins de santé nous concernent tous, a déclaré Rose Streick. Le lobbying nous donne une voix comme citoyens. Une fois que vous êtes engagés et qu’il y a tant d’autres personnes qui s’expriment avec leur cœur et selon leurs convictions, ce n’est vraiment pas intimidant du tout. »

« Avoir accès à la recherche la plus récente a beaucoup aidé », croit Gerry Flood, membre du Comité d’action politique du SCFP et concierge à Winnipeg. Il a rencontré un député conservateur qui n’était pas intéressé par la façon dont les soins de santé sont fournis. Pour M. Flood, l’Accord sur les soins de santé montre que les Canadiens sont dotés d’un système de santé de classe mondiale. « Vous ne devriez pas avoir à traverser la frontière pour obtenir ce dont vous avez besoin. Nous avons un système à payeur unique, il n’est pas nécessaire de magasiner. Et le gouvernement conservateur menace ce système. »

Le SCFP est en faveur d’une indexation du financement de six pour cent dans un Accord renouvelé pour 10 ans. Il demande également l’application de la Loi canadienne sur la santé (y compris l’interdiction des frais d’utilisateurs et de la surfacturation), une stratégie nationale pour la réduction des infections en milieu de soins de santé, la promotion d’une réforme des soins primaires avec un financement et des règlements sur le modèle des soins de santé communautaires et la mise en place d’un programme national d’assurance-médicaments.

Le SCFP représente plus de 190 000 travailleuses et travailleurs des soins de santé publics de tout le Canada. Pour en savoir plus sur les solutions proposées par le SCFP pour renforcer les soins de santé publics et sur ce qui devrait faire partie d’un Accord sur les soins de santé renouvelé pour dix ans, consultez scfp.ca/soins-de-sante.