Aujourd’hui, le président du SCFP-Ontario, Fred Hahn, a exhorté l’hôpital de Peterborough (le Peterborough Regional Health Centre) à participer beaucoup plus activement aux pourparlers entre son entrepreneur en alimentation et le personnel affecté aux activités d’alimentation au détail dans l’hôpital, afin d’éviter un lock-out.

Un sondage récent montre que la population soutient massivement l’idée que l’hôpital doive montrer l’exemple en matière d’emplois offrant un salaire décent.

« L’hôpital a l’obligation de ne pas permettre à l’un de ses sous-traitants de verser des salaires de misère pour se détourner de ces obligations, explique M. Hahn. Le sondage démontre que les citoyens de Peterborough, qui financent les projets d’immobilisations de l’hôpital, s’attendent à plus de sa part. Nous lui demandons de participer activement aux négociations. » Le SCFP-Ontario représente 250000 syndiqués œuvrant dans les services publics ontariens.

La section locale 1943.1 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) représente 30 employés des services alimentaires, des femmes pour la grande majorité. Actuellement en négociation avec Compass, ces travailleurs réclament une modeste augmentation à leur salaire actuel de 11,64 $ l’heure. La prochaine séance de négociations est prévue pour le 13 juillet, avec possibilité de lock-out ou de grève à compter du 15 juillet, minuit une.

« Nos membres qui travaillent pour Compass font le même travail que le personnel de l’hôpital pour la moitié du salaire, précise Laurie Hatton. L’augmentation qu’ils réclament est très modeste. L’hôpital doit assumer ses responsabilités et intervenir. » Mme Hatton est présidente de la section locale 1943 du SCFP, le syndicat qui représente plus de 500 employés de l’hôpital de Peterborough, dont les 30 employés de l’alimentation au détail à l’emploi de Compass.

Dans un sondage réalisé en juin, 92 pour cent des répondants affirmaient que l’hôpital de Peterborough avait la responsabilité, envers la communauté, de créer de bons emplois stables offrant un salaire équitable. Sur la question de « l’équité », 80 pour cent des répondants ont jugé que la décision de l’hôpital de sous-traiter une partie de ses emplois, occupés majoritairement par des femmes, pour la moitié du salaire n’était pas « équitable ».

« L’hôpital de Peterborough est l’employeur de Compass, résume M. Hahn. Nous lui demandons donc d’user de son influence de bailleur de fonds. La communauté s’attend à ce que l’hôpital montre l’exemple en offrant à son personnel des conditions dignes. La plupart des citoyens accordent de l’importance aux emplois offrant un salaire décent; ils soutiennent l’idée d’une convention collective avec Compass qui permettrait aux employés à commencer à sortir de la pauvreté. Nous comptons sur l’hôpital pour intervenir. »

Pour en savoir plus, contactez :

Fred Hahn                             
Président du SCFP-Ontario
416-540-3979      

Laurie Hatton                        
Présidente du SCFP 1943
705-933-6629

Stella Yeadon                        
Service des communications du SCFP                       
416-559-9300