Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO, ON – Cette fin de semaine, les dirigeants du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente 55 000 travailleurs en éducation dans les écoles de l’Ontario, ont voté en très grande majorité en faveur de l’escalade des moyens de pression devant être mis en branle dès la première semaine d’école.

Le 29 août, près de 400 délégués du SCFP de partout dans la province se réunissaient à Toronto pour concevoir des stratégies de lutte en ce qui concerne leur premier jour de grève légale, le 10 septembre. Débutant par une grève du zèle, l’intention est de progresser vers des grèves tournantes pour éventuellement amorcer une grève générale à l’échelle de la province. 

Conçue dans le but d’accroître la pression sur le gouvernement provincial pour qu’il nous propose davantage de journées de négociation, la réunion de la fin de semaine sur les moyens de pression semble avoir porté fruit. « Le gouvernement s’est manifesté la semaine dernière. Il nous a offert plus de jours de négociation » a déclaré Terri Preston, présidente du Comité de coordination des conseils scolaires ontariens du SCFP.

« Ces jours supplémentaires augurent bien » a ajouté Mme Preston. « Nous n’avons eu droit qu’à trois jusqu’à présent. Nous en avons maintenant sept de plus, soit du 30 août jusqu’au 17 septembre. Il était grand temps. Nos membres sont sans contrat de travail depuis un an. Nous devons continuer de faire pression sur le gouvernement. Nos travailleurs en éducation méritent le respect ».

Les dirigeants provinciaux du SCFP-Ontario de tous les secteurs appuient sans réserve le plan d’action. « Nous comptons 250 000 membres à travers la province, dans tous les secteurs, des services sociaux, au personnel municipal, aux travailleurs des soins de santé et aux travailleurs des universités. Ils soutiennent les travailleurs en éducation jusqu’au bout » de dire Fred Hahn, président du SCFP-Ontario. « On retrouve nos membres dans toutes les communautés, vivant et à l’œuvre avec des travailleurs en éducation. Nous sommes solidaires, parlant d’une seule voix, haute et forte ».

Les travailleurs de l’éducation regroupent les aides-enseignants, les employés de bureau, les concierges, les gens de métier, les instructeurs, le personnel des bibliothèques, les éducateurs de la petite enfance, les techniciens de réseau informatique, les orthophonistes et plusieurs autres. Ils veillent à la bonne organisation, la sécurité et la propreté des écoles tout en offrant un soutien supplémentaire pour que les élèves puissent réaliser leur plein potentiel.

Renseignements :

Mario Emond
Conseiller syndical des communications du SCFP
 613-237-9475