Les grévistes de la Bibliothèque du comté d’Essex, représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), demandent aux délégués qui participeront au congrès annuel de l’Association des municipalités de l’Ontario (AMO), à Windsor, d’inviter le président de l’association, Gary McNamara, également maire de Tecumseh, à mettre en pratique ce qu’il prêchera dans le discours d’ouverture qu’il prononcera lundi matin.

« Quelle ironie que l’allocution du président de l’AMO s’intitule “Une voix pour vous”, alors que M. McNamara n’a toujours pas donné suite aux demandes de ses citoyens qui réclament la fin de la grève et la réouverture des bibliothèques !, s’indigne Lori Wightman, présidente d’unité à la section locale 2974 du SCFP. Les gens qui nous appuient ont tenté des centaines de fois de joindre, par courriel ou par téléphone, M. McNamara et le conseil du comté d’Essex, mais ces élus n’ont pas entendu la voix de la communauté. Celle-ci plaide pour une solution à une grève qui prive nos enfants, les adultes et les aînés d’importants services bibliothécaires. »

Les 14 succursales de la Bibliothèque du comté d’Essex sont fermées depuis le 25 juin. Le comté a poussé ses employés à la grève pour un problème fictif concernant les congés de maladie, alors que la direction elle-même admet que ces congés ne posent pas problème dans les bibliothèques. La direction veut forcer les travailleurs à accepter un nouveau régime de congés de maladie, même si ce régime ne lui permettra pas de réaliser des économies et que celui-ci coûtera plus cher à administrer. On a essayé d’imposer ce même régime aux ambulanciers du comté, chose qu’a empêchée un arbitre impartial le mois dernier.

« Nos bibliothèques sont fermées depuis plus de 50 jours, rappelle Mme Wightman, et la plupart des maires et des conseillers font la sourde oreille aux voix s’élevant de la communauté; ils ne font rien pour résoudre ce conflit de travail. Comment se fait-il que le président de l’AMO puisse frayer avec la première ministre de l’Ontario, les chefs des partis d’opposition et une pléthore d’élus et de gestionnaires municipaux pour parler de coopération, alors que, à titre de maire d’une municipalité qui siège au Conseil du comté d’Essex, il n’a même pas convoqué une assemblée pour tenter de trouver une issue à la crise que ce conseil a lui-même fomentée? »

« Nous demandons aux délégués de l’AMO de réclamer des explications à M. McNamara, poursuit-elle, et de l’inviter à cesser de s’en prendre à des employés pour un problème inexistant que le comté souhaite “régler” pour ses propres intérêts. Souhaitons que les élus du comté d’Essex aient l’occasion d’apprendre quelque chose d’autres politiciens municipaux ontariens qui, eux, parviennent à renouveler des conventions collectives par la négociation, dans le respect des droits des employés et l’intérêt de la population. »

Pour en savoir plus, contactez :

Lori Wightman
Porte-parole du SCFP 2974
 519-890-1932

Suanne Hawkins
Conseillkère nationale du SCFP
 226-347-0242

James Chai
Service des communications du SCFP
 416-458-3983