Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

« Le syndicat a fourni « les meilleurs efforts possibles » pour résoudre ce conflit qui dure depuis des mois. La balle est maintenant carrément dans le camp de l’employeur », a dit la présidente de la section locale 2316.1 du SCFP.

« Le sort de la grève qui dure depuis près de deux mois est maintenant aux mains de la Société d’aide à l’enfance de Toronto », a dit aujourd’hui le syndicat représentant le personnel des services d’intervention d’urgence après les heures d’ouverture en grève.

« Nous avons fourni tous les efforts possibles pour sortir de l’impasse », a dit Aubrey Gonsalves, présidente de la section locale  2316.1 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« La balle est maintenant carrément dans le camp de l’employeur », a-t-elle ajouté.

Gonsalvesa fait ces commentaires après que la section locale 2316.1 du SCFP ait livré une proposition globale sur une vaste gamme d’enjeux jugés préoccupants pour la direction de la Société d’aide à l’enfance de Toronto, plus tôt cette semaine. Le syndicat attend une réponse le 29 septembre.

Si la Société d’aide à l’enfance veut vraiment mettre fin à ce conflit et redonner aux enfants et aux familles le soutien dont ils ont besoin et qu’ils méritent, elle doit présenter une offre sérieuse pour régler ce conflit. « Ça passe ou ça casse », a déclaré Gonsalves.

Le personnel des services d’intervention d’urgence après les heures d’ouverture a commencé la grève le 27 juillet afin de protéger la qualité des services et d’améliorer les conditions de travail.

« Nous approchons rapidement du deuxième mois de grève », a dit Gonsalves, en ajoutant que le personnel des services d’intervention d’urgence après les heures d’ouverture a fait un effort majeur pour régler les enjeux que la Société d’aide à l’enfance de Toronto a identifiées comme étant des préoccupations. « Il est temps que la Société d’aide à l’enfance fournisse ses propres efforts pour résoudre ce conflit afin que nos membres puissent retourner au travail et offrir aux jeunes à risque et à leurs familles le soutien dont ils ont besoin en tout temps. »

Pour plus de renseignements, communiquez avec :

Aubrey Gonsalves
Présidente de la section locale 2316 du SCFP
 416-463-5967, poste 3

Kevin Wilson
Service des communications du SCFP
 416-821-6641