Les employés de l’University of Regina Students’ Union (URSU) ont réaffirmé leur engagement envers le SCFP dans un vote unanime à la Commission des relations de travail de la Saskatchewan, mais l’URSU érige encore des obstacles.

La section locale 1486 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) représente les employés de l’University of Regina Students’ Union depuis plus de quatre décennies.  Récemment, le conseil d’administration de l’URSU a retiré sa reconnaissance volontaire de la section locale en cours de négociation, ce qui a obligé la soumission de cette question à un vote à la Commission des relations de travail.

« Nous ne sommes pas surpris que nos membres aient constaté clairement les avantages de la syndicalisation, mais nous sommes toujours surpris par la façon injuste dont nous traite l’URSU », a déclaré Neil Petrich, président de la section locale. « La réaction de l’URSU à notre vote démocratique a été de faire croire que le SCFP devra tout recommencer depuis le début et négocier une première convention collective. »

« Le SCFP et l’URSU ont travaillé ensemble à l’élaboration de cette convention collective pendant des décennies », a déclaré Suzanne Posyniak, conseillère syndicale du SCFP affectée à la section locale. « Il est choquant de suggérer que les employés pourraient perdre la plupart des avantages sociaux qu’ils ont durement gagnés, comme les droits de rappel par ancienneté, les soins de santé et soins dentaires, et la formation professionnelle. »

Le SCFP a déposé une demande pour pratique de travail déloyale de travail auprès de la Commission des relations de travail pour contester cette affirmation et l’exclusion des superviseurs de l’URSU.

À l’audience du conseil, Carl Flis, directeur général de l’URSU, a refusé d’accepter que les superviseurs soient inclus dans la même unité de négociation que le reste des employés, même si l’URSU avait déjà signé le choix irrévocable que les superviseurs soient maintenus dans l’unité de négociation.   Par conséquent, la Commission des relations de travail a créé deux unités de négociation représentées par le SCFP, une pour les superviseurs et une pour les autres employés. 

« La décision de l’employeur de dissocier les superviseurs de l’unité de tous les employés est antidémocratique et antisyndicale.  Le SCFP continuera d’exercer des pressions sur l’URSU sur les plans juridique et public pour qu’il accepte une seule section locale pour tous ses employés », a dit Posyniak.

La demande sera entendue par le conseil de la Commission des relations de travail du 19 au 21 décembre 2016. En attendant, le SCFP presse l’URSU de retourner à la table de négociation.

« Lorsque l’URSU a révoqué la reconnaissance volontaire du SCFP, l’URSU a déclaré qu’il voulait que ses employés aient le choix.  Les employés ont choisi le SCFP », a déclaré Petrich.  « L’employeur n’a plus d’excuses pour retarder les négociations.  L’URSU doit retourner à la table de négociation avec une approche raisonnable et conclure une convention collective équitable avec ses travailleuses et travailleurs, membres de la section locale 1486 du SCFP.