Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les travailleuses et travailleurs de la Ville de Moose Jaw, membres de la section locale 9 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), ont voté à 91 pour cent pour la grève dans un scrutin qui a eu lieu au Centre syndical, le 8 octobre. Le vote fait suite à une demande de conciliation qui a été présentée par le syndicat à la Saskatchewan Labour Relations Board, après l’échec des négociations.

La Ville a présenté une longue liste de concessions et a refusé jusqu’à présent de discuter de questions financières. Les concessions ont été présentées par le négociateur en chef embauché par la Ville, Bill Humeny, provenant d’une autre ville. Les concessions comprennent ce qui suit : aucune bonification des soins de santé et soins dentaires de l’assurance collective à perpétuité; service en attente commandé obligatoire et horaires souples; élimination d’un programme de mentorat pour former les employés en vue de possibles ouvertures et promotions; réduction des possibilités d’avancement pour les employés actuels; et exclusion des superviseurs de l’unité de négociation.

« Ces concessions auraient un effet négatif sur la vie familiale et personnelle des fiers employés de la ville et sur les citoyens qu’ils servent », a déclaré Justin Mercier, vice-président de la section locale 9 du SCFP.

« Les gens devraient se demander si ces concessions sont dans l’intérêt de Moose Jaw », a déclaré Stacey Landin, présidente de la section locale 9. « Notre employeur semble vouloir rendre la tâche plus difficile aux employés de la ville et à l’égard de leur travail et de leurs familles. »

Les membres de la section locale 9, qui représentent à la fois les cols blancs et les cols bleus de la ville, voient une corrélation entre la mauvaise gestion de l’infrastructure de la ville et des ressources humaines de la ville. 

« En tant que travailleuses et travailleurs, nous savons ce qui doit être fait et comment le faire. Mais nos mains sont liées, et c’est la direction qui dicte les règles du jeu », conclut Mercier.

Les employés de la Ville de Moose Jaw sont sans contrat de travail depuis décembre 2014.