COBOURG, Ontario Le silence de Lou Rinaldi, député provincial de la région de Northumberland, sur les effets néfastes de la réduction des services et des compressions dans les soins aux patients à l’hôpital de la collectivité, n’est pas acceptable, selon les travailleurs de la santé de la région, qui s’attendent à mieux de sa part.

L’Assemblée législative de l’Ontario reprend ses activités à la mi-février, et tout indique qu’un budget provincial suivra, au début de mars. Le personnel de l’Hôpital Northumberland Hills (HNH), représenté par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), veut que son député provincial se prononce avant la publication du budget. « Nous voulons qu’il demande une augmentation du financement de l’hôpital et l’annulation des compressions dans les soins aux patients. Nous voulons qu’il fasse ce pour quoi il a été élu et qu’il soutienne les services hospitaliers dans nos collectivités, dans tout le comté. “M. Rinaldi, a dit Alice Cunnington, présidente de la section locale 2628 du SCFP, a également l’obligation de veiller à ce que les Ontariennes et Ontariens de l’extérieur de notre communauté, qui conduisent sur l’autoroute 401 dans notre région, aient accès à un hôpital pourvu d’un personnel complet prêt à fournir tous les soins requis en cas d’urgence médicale.”

Le HNH est le seul hôpital entre Bowmanville et Trenton, le long du corridor de l’autoroute 401, et se trouve à environ 40 minutes de route des hôpitaux des grands centres urbains. “Si une collision se produit sur l’autoroute entre Durham et Quinte, c’est notre hôpital qui soigne les personnes blessées. Les soins médicaux d’urgence et la capacité d’admettre des patients sont donc importants”, explique Cunnington. Toutefois, elle souligne que ce n’est pas seulement le volume de patients qui causent des retards dans les salles d’urgence. “Si trop de lits sont fermés et que trop d’employés ont été éliminés, les salles d’urgence deviennent encombrées. Les patients ne peuvent pas être admis lorsqu’aucun lit n’est disponible ou qu’il n’y a pas de personnel pour s’occuper d’eux.”

Dans le cadre d’une action communautaire coordonnée par un consultant externe de l’hôpital, un examen opérationnel externe a été effectué pour le HNH, et les résidents de la région ont indiqué que l’amélioration des soins d’urgence était une demande clé. Les médias locaux ont rapporté que l’une des résidentes a déclaré qu’on a refusé de lui fournir des soins à la salle d’urgence parce qu’elle était trop congestionnée. Elle a dû se rendre à Peterborough pour recevoir des soins.

Depuis les quatre dernières années, le gouvernement libéral de Rinaldi a gelé les budgets des hôpitaux, et les a réduits de plus de 4 % par an, en tenant compte des coûts inflationnistes, comme les coûts des médicaments et des technologies médicales. La région de Northumberland a perdu plus de 15 % de son budget, pendant une période où son bassin de population a augmenté et vieilli, et exige plus de soins hospitaliers actifs », a déclaré Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO) du SCFP.

Partout dans la circonscription de M. Rinaldi, particulièrement à Trenton, Picton et Belleville, les services ont également fait l’objet d’importantes compressions. « Il est temps que ce député s’exprime haut et fort », a ajouté Hurley.

Cunnington, ainsi que d’autres membres du personnel hospitalier du HNH, a demandé à rencontrer le député Rinaldi en personne. « Nous voulons qu’il s’engage à garder les salles de chirurgie, les lits et les laboratoires de l’hôpital ouverts, et qu’il dise aux ministres des Finances et de la Santé que le financement des hôpitaux de l’Ontario doit augmenter, sinon la vie des patients sera mise en péril. »

Renseignements :

Michael Hurley
Président (CSHO/SCFP)
  416-884-0770

Stella Yeadon
Communications du SCFP
 416-559-9300