St. John’s – Selon le président du SCFP-T.-N.-L., Wayne Lucas, le document coulé qui révèle que le gouvernement Ball envisage une vaste privatisation des services publics constitue une trahison saisissante des promesses électorales des Libéraux et une catastrophe pour le secteur public.

« Vendredi dernier, le 12 février, rappelle-t-il, j’étais assis avec d’autres syndicalistes et la ministre des Finances Cathy Bennett à discuter du budget provincial, et celle-ci n’a pas dit un traître mot sur ce qui s’annonce pour être une réorganisation et une braderie massives des services publics. La ministre ignorait-elle ces plans vendredi dernier ou nous trompait-elle? »

« La ministre a laissé entendre que ces directives envoyées aux ministères et aux organismes gouvernementaux visent uniquement à “susciter une réflexion audacieuse”, poursuit-il. Laissez-moi vous dire que l’idée de supprimer ou de convertir tout ce qui s’appelle service public par le truchement de partenariats public-privé (PPP), de soi-disant diversification des modes de prestation des services (DMPS), de sous-traitance, etc. représente une catastrophe en devenir. »

« Je recommande fortement à la ministre Bennett de questionner la Nouvelle-Écosse sur ses expériences avec les PPP, propose-t-il. Là-bas, les contribuables viennent de débourser 800 millions de dollars pour la location de 39 écoles pendant 20 ans, sans posséder ces écoles pour autant. Dans le cas de l’autoroute à péage PPP dans cette province, la Cobequid Pass, une société privée a investi 66 millions de dollars pour construire un tronçon de 18 kilomètres; le rendement de cet investissement est de 250 pour cent, les automobilistes ayant déboursé 300 millions de dollars en péages à ce jour. »