Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

CUPE 503 President Brian Madden speaking about Alain Bissonnette

Au bureau national du SCFP à Ottawa s’est tenue, le 28 avril en matinée, une cérémonie émouvante en l’honneur de la Journée internationale de compassion pour les personnes tuées ou blessées au travail.

Les membres et les employés du SCFP qui y assistaient ont pu entendre le président du syndicat des employés municipaux d’Ottawa (SCFP 503) raconter le décès tragique au travail d’Alain Bissonnette, membre du SCFP 503, en février dernier.

« Pour moi, le plus difficile fut, entre autres, de parler à la mère d’Alain, a-t-il confié. Elle m’a demandé d’élucider ce qui est arrivé à son fils. Aucune mère ne mérite de vivre ça. »

M. Bissonnette, 40 ans, laisse dans le deuil son épouse et leurs deux enfants. Le ministère du Travail de l’Ontario mène une enquête sur son décès, enquête que le SCFP suit de près.

« C’est ici qu’intervient le mouvement syndical, a souligné M. Madden. Nous sommes les gardiens qui s’assurent qu’une telle chose ne se reproduise plus. »

Après l’allocution poignante de M. Madden, on a allumé des chandelles pour les dix membres du SCFP qui ont perdu la vie au travail depuis la dernière Journée internationale de compassion. Puis, Anne Healey, adjointe du secrétaire-trésorier national du SCFP, a chanté, accompagnée par l’assistance.

Le président national du SCFP, Paul Moist, et son secrétaire-trésorier national, Charles Fleury, ont assisté à une cérémonie organisée à Sydney (Nouvelle-Écosse) par le Conseil du travail du district de Cap-Breton. Ils sont dans cette région à l’occasion du congrès annuel du SCFP-Nouvelle-Écosse.