Le NDP a démontré encore une fois aujourd’hui qu’il est le parti des travailleurs du Canada. Pour sa première pièce législative de la nouvelle session parlementaire, le NPD a en effet choisi de déposer un projet de loi pour éliminer le recours aux briseurs de grève.

‘’Le SCFP accueille favorablement ce projet de loi qui donnerait aux employeurs davantage de raisons de s’asseoir et de négocier avec les travailleurs, ce qui aurait pour effet de réduire le nombre de grèves et de lock-out et d’en réduire la durée’’, a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

Le projet de loi vise à mettre en place au niveau fédéral le même genre de dispositions qui existent dans certaines provinces comme le Québec et la Colombie-Britannique. Il augmentera la protection des travailleurs prévue dans le Code canadien de travail en cas de de grève et de lock-out. Par le fait même, il deviendra un élément important pour garantir le droit à la négociation collective.

La balle est maintenant dans le camp du gouvernement libéral majoritaire. En votant pour ce projet de loi, les députés libéraux enverront le message que le droit des travailleurs canadiens de négocier collectivement leurs conditions de travail doit être respecté.

Outre le SCFP, le projet de loi déposé par la députée de Jonquière et porte-parole adjointe du NPD en matière de travail, Karine Trudel, est appuyé par de nombreuses organisations syndicales.