Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

REGINA  Le ministre de la Santé Dustin Duncan a laissé entendre que le gouvernement pourrait ne pas financer le Plains Surgery Centre, ce qui déçoit le SCFP.

« Ce centre attendu depuis si longtemps est sur la liste des priorités de l’État depuis sept ans, rappelle le président du Conseil de la santé du SCFP, Gordon Campbell. Au lieu d’investir dans des solutions publiques, ce gouvernement préfère subventionner les cliniques privées qui coûtent plus cher à la population. »

En 2007, quand l’ancien gouvernement néo-démocrate a annoncé la création de cette clinique publique, on parlait de six salles pouvant effectuer 7 000 chirurgies d’un jour par année, d’un centre d’imagerie de diagnostic et d’une consultation préadmission, le tout pour moins de 14 millions de dollars. À son arrivée au pouvoir, le Parti saskatchewanais a mis ce projet en veilleuse et lui a retiré son financement. Il l’a réactivé en 2010, sans aller de l’avant depuis.

Au lieu de quoi le gouvernement s’est tourné résolument vers les soins privés à but lucratif. Depuis 2010, la région sanitaire de Regina-Qu’Appelle (RHQR) sous-traite les chirurgies et les tests diagnostiques sous l’ordre du gouvernement provincial. En 2010, l’arbitre Dan Ish a donné raison au SCFP sur la possibilité de réaliser ces tâches au public pour moins cher.

« Même s’il fallait faire des dépenses supplémentaires en immobilisations, écrivait-il dans sa sentence, il y a peu de doute qu’à long terme, les coûts internes des chirurgies et des imageries seraient inférieurs aux coûts liés à la prestation de ces services par un tiers. »

Le gouvernement continue de prétendre que les cliniques à but lucratif accroissent la capacité et qu’elles réduisent le temps d’attente, mais toutes les données en provenance d’ailleurs démontrent que les cliniques privées piquent des professionnels de la santé au réseau public, qui en manque déjà, qu’elles prolongent le temps d’attente et qu’elles font augmenter le coût des services de santé.

Dans une note d’information datant de juillet 2013, le ministère de la Santé affirmait qu’entre septembre 2010 et mai 2013, les cliniques privées du territoire de la RQHR avaient réalisé 5 385 chirurgies d’un jour. Or, si on avait ouvert le Plains Surgical Centre en mars 2010 comme prévu, ce centre aurait réalisé 25 000 chirurgies d’un jour entre cette date et la fin de 2013.

« Si Brad Wall veut sérieusement raccourcir les listes d’attente, conclut M. Campbell, s’il souhaite réellement fournir des soins de qualité aux patients, le gouvernement du Parti saskatchewanais doit donner son feu vert à la construction du Plains Surgery Centre sans tarder. Que le gouvernement cesse d’augmenter la marge bénéficiaire des sociétés privées et qu’il commence à investir dans des infrastructures et des solutions publiques. »