Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

HALIFAX« Aujourd’hui est un jour sombre pour les relations de travail dans notre province, les dizaines de milliers de fonctionnaires et leurs droits », a déclaré le président du SCFP-Nouvelle-Écosse, Mike McNeil.

« Avec son projet de Loi sur la pérennité de la fonction publique, a-t-il ajouté, le premier ministre McNeil a officialisé la chose : notre province est maintenant au dernier rang dans la manière dont on traite les employés du secteur public et leur droit à la négociation collective libre. »

Selon le SCFP, le premier ministre semble faire un pied de nez à la Cour suprême du Canada qui, dans un jugement récent, a déclaré le droit à la négociation collective sans entraves protégé par la Charte des droits et libertés.

« Avec les gouvernements précédents, nous avions eu des relations de travail respectueuses, a poursuivi M. McNeil ; les syndiqués avaient le respect de nos gouvernements provinciaux. Ce gouvernement libéral vient de faire voler tout ça en éclats.

Le SCFP-Nouvelle-Écosse avertit qu’il fera entendre son point de vue sur les modifications législatives envisagées. Il mobilisera certainement ses quelque 19 000 membres dans la province pour s’opposer à ce gouvernement et à son approche irrespectueuse et draconienne des relations de travail.

Pour en savoir plus, contactez :

Mike McNeil
Président du SCFP-Nouvelle-Écosse
(902) 877-2338 (cell.)             

John McCracken
Conseiller en communications du SCFP-Atlantique
(902) 880-8057 (cell.)