Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO – Les 55 000 membres du SCFP œuvrant dans le secteur de l’Éducation sont consternés par la décision du Conseil des relations de travail de l’Ontario (CRTO), qui vient de déclarer illégales les grèves d’enseignants déclenchées dans les districts de Durham, Peel et Rainbow.

« Les Conseils scolaires de Durham, Peel et Rainbow devraient concentrer leurs énergies à la conclusion d’ententes aux tables de négociation au lieu de s’attaquer à leurs employés par l’entremise du CRTO, a déclaré le président du SCFP ontarien, Fred Hahn. Les négociations avec le SCFP piétinent, et nous comprenons totalement la frustration exprimée par les enseignants membres de la FEESO. »

Les travailleurs du milieu de l’Éducation du SCFP ont donné à leur syndicat un mandat de grève sans équivoque de 93 pour cent à l’occasion de votes tenus à la grandeur de la province, plus tôt ce printemps. Le SCFP n’est même pas encore parvenu à s’entendre avec les négociateurs patronaux pour identifier les enjeux centraux qui devront être négociés à une table commune par rapport aux enjeux devant être négociés localement. Le SCFP a déjà des auditions de prévues auprès du CRTO, en juin, à ce sujet.

« La ministre Sandals devrait ordonner aux conseils scolaires de négocier de bonne foi pour mettre fin à ces grèves », déclare Terri Preston, président du comité de négociation central du SCFP pour les travailleurs du milieu de l’Éducation. Les événements des derniers jours ont démontré que la nouvelle structure de négociation n’a pas su empêcher la répétition du chaos qui prévalait en Ontario sous l’égide de la Loi 115, alors que le gouvernement libéral avait promis que ça ne se reproduirait pas. La paix dans nos relations de travail ne sera pas possible si le gouvernement ne change pas drastiquement de direction. »    

« Ce gouvernement libéral se cache derrière les autres : d’abord la Commission des relations de travail en Éducation, et maintenant le Conseil des relations de travail de l’Ontario. Nos membres voient en quoi ces démarches consistent, et cela aura pour effet de redoubler leur détermination et leur solidarité envers la FEESO. Ils continueront à se battre pour la conclusion d’un contrat de travail juste et équitable », a indiqué Fred Hahn.

Le SCFP représente des travailleurs du milieu de l’Éducation dans les quatre conseils scolaires de la province : le Conseil français, le Conseil anglais, le Conseil des écoles publiques et le Conseil des écoles séparées. Le secteur de l’Éducation du SCFP est aussi assujetti à la Loi 122, qui a créé de nouvelles structures de négociation pour les conseils scolaires.     

Le SCFP reste déterminé à supporter les actions et les revendications respectives de la FEESO et de la FEEO. Dans le secteur des conseils scolaires, le SCFP représente quelque 55 000 éducateurs de la petite enfance, assistants éducateurs, pédagogues, gardiens, employés de bureau, personnel administratif, techniciens de bibliothèque, techniciens en informatique, acheteurs, etc…    

Pour obtenir plus d’information, veuillez contacter :

Craig Saunders
Communications SCFP
 416-576-7316

Andrea Addario
Communications SCFP
 416-738-4329