Mise à jour La motion du NPD sur l’équité salariale a été adoptée le 3 février 2015.

Le plus gros syndicat canadien presse tous les députés fédéraux d’appuyer une motion en vue d’accorder à l’équité salariale le statut de droit pour tous les travailleurs. Le Syndicat canadien de la fonction publique, dont l’effectif se compose à 70 pour cent de femmes, soutient intégralement la motion déposée par le Nouveau Parti démocratique. Cette motion demande au gouvernement fédéral d’adopter des mesures afin de combler l’écart salarial entre les hommes et les femmes au Canada.

« Elle demande simplement au fédéral de reconnaître ce qui est juste : à travail égal, salaire égal. Ce gouvernement doit prendre les devants dans ce dossier et éliminer les obstacles qui empêchent les femmes – et les autres personnes qui font un travail similaire – d’obtenir une rémunération équitable », à expliqué le président national du SCFP, Mark Hankock. 

Le SCFP est un chef de file dans le combat pour l’équité salariale. Or, si les syndicats comme le SCFP ont beaucoup fait dans leurs négociations pour combler l’écart salarial entre les sexes, les gouvernements doivent maintenant prendre des mesures additionnelles pour que nous puissions continuer à progresser.

« Ces écarts découlent souvent de politiques et de pratiques de longue date qui dévalorisent les tâches effectuées principalement par les femmes et les autres groupes à la recherche d’équité. Même si elle n’est pas exercée consciemment, cette discrimination fait du tort. J’espère que tous les députés vont reconnaître l’importance d’éradiquer cette discrimination sous toutes ses formes en appuyant la motion », à précisé M. Hancock. 

La motion sur l’équité salariale est la première motion de l’opposition à être déposée par le NPD depuis les élections. Les députés se prononceront à son sujet le mercredi 3 février.