Janet Dassinger | Service de recherche du SCFP

Plus de dix ans après que WestJet ait demandé à Transports Canada de réduire le ratio d’agents de bord par passagers en vigueur sur ses avions, l’industrie canadienne du transport aérien a finalement eu gain de cause. Transports Canada a en effet accordé des exemptions à la majorité des grands transporteurs canadiens.

Cette année, dans la plupart des appareils à fuselage étroit, les principales compagnies aériennes pourront donc utiliser le ratio d’un agent de bord pour 50 sièges passagers au lieu de la norme d’un agent de bord pour 40 passagers prévue à la réglementation. En raison de ce changement, il y aura au minimum un agent de bord en moins sur de nombreux appareils. Les agents de bord du SCFP subissent déjà les contrecoups de cette décision. Lorsque le ratio d’un agent de bord pour 50 sièges passagers est utilisé, ils constatent en effet un accroissement de leur charge de travail, une augmentation de la fatigue et une diminution des normes en matière de sécurité et de service.

Pour justifier ce changement, la ministre fédérale des Transports, Lisa Raitt, affirme que le nouveau ratio est la « norme internationale ». Malheu­reusement, Transports Canada est incapable de dire à la population que le nouveau ratio offre un niveau de sécurité « équivalent » à la norme actuelle, le ministère se limitant à dire que le nouveau ratio est « acceptable ».

Depuis plus de dix ans, le SCFP fournit le fruit de la recherche approfondie qu’il a réalisée dans ce dossier à Transports Canada et aux parlementaires. Nos travaux démontrent qu’une réduction du nombre d’agents de bord met en péril la sécurité des passagers et des membres d’équipage. À l’inverse, la réussite des évacuations d’urgence, dans le cas de l’écrasement d’Air France à Toronto en 2005 et de celui d’Asiana à San Francisco en 2013, s’explique directement par la présence d’un nombre adéquat d’agents de bord sur ces appareils.

Nous avons aussi souligné aux déci­deurs que, même si les évacuations sont rares, les agents de bord accomplis­sent toute une gamme de tâches qui garan­tissent la sécurité des passagers, du décollage à l’atterrissage. En plus des procédures ordinaires, ils interviennent en cas d’urgences médicales, de passagers turbulents, de bris mécaniques et lors d’autres situations potentiellement dangereuses.

Le SCFP mène une vaste campagne en faveur du maintien du ratio d’un agent de bord pour 40 passagers. Il a notamment demandé aux tribunaux de revoir la décision de Transports Canada.