Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

PARKVILLEBC – La présidente du SCFP 3570, Lisa Paine, exhorte la commission scolaire 69 (Qualicum) de revoir ses compressions budgétaires pour éviter de licencier 16 aides-éducatrices.

« Quel effet cette décision aura-t-elle sur les élèves en septembre prochain? », demande-t-elle.

Mme Paine craint qu’on demande aux aides-éducatrices restantes de suivre de plus en plus d’élèves. Celles qui œuvrent dans les écoles secondaires pourraient se retrouver à travailler avec 10 à 12 élèves par jour. Chaque poste d’aide-éducatrice laissé vacant accroît la charge de travail des autres employées et compromet l’aide prodiguée aux élèves.

« Je crains une réduction du temps qu’une aide-éducatrice pourra consacrer à chaque élève sous sa responsabilité, poursuit Mme Paine. Et les aides-éducatrices, elles, craignent de ne pas pouvoir donner aux élèves le soutien dont ils ont besoin. »

En ce moment, il y a 110 postes d’aides-éducatrices à la commission scolaire Qualicum. En en retranchant 16, soit 15 pour cent, il ne restera que 94 aides-éducatrices pour toutes les classes du territoire.

Mme Paine souligne qu’il est normal, à la fin de l’année scolaire, que quelques aides-éducatrices reçoivent un avis de licenciement; par le passé, celles-ci étaient rappelées en septembre. Or, le nombre de licenciements cette année lui fait craindre que les commissaires aient ciblé trop fortement ces travailleuses.

« On en revient à ce travailleur de première ligne à qui on demande d’en faire toujours plus, dit-elle. Combien d’élèves supplémentaires les aides-éducatrices peuvent-elles vraiment prendre en charge? »

Mme Paine demande aux commissaires de mettre fin à la complaisance : « Ils devraient contester les recommandations de la haute direction et prêter attention aux besoins des élèves. Au lieu de faire des coupes qui nuiront à l’éducation, ils devraient réclamer un examen équitable et en profondeur. »

En plus d’offrir un soutien académique aux élèves, les aides-éducatrices viennent en aide aux enfants souffrant d’autisme et d’autres troubles apparentés, ainsi qu’aux élèves ayant un handicap physique. En plus, elles servent d’interprètes aux élèves aveugles ou sourds. Elles font aussi des tâches d’ergothérapie et de physiothérapie.

Pour en savoir plus, contactez :

Lisa Paine

Présidente du SCFP 3570

 250-927-4025

Kirk Oates

Conseiller national du SCFP
 250-802-2059



Janet Szliske

Conseillère en communications du SCFP
 604-454-7293