Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Halifax (N.-É.) - Le président du SCFP Nouvelle-Écosse, Mike McNeil, a dit que le premier ministre McNeil et le ministre des Finances, Randy Delorey, doivent jeter un sérieux coup d’œil au budget de rechange qui a été publié aujourd’hui par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA-NS).

McNeil a déclaré : « Le document souligne avec raison que l’économie de la Nouvelle-Écosse a désespérément besoin d’un coup de pouce. Heureusement, a-t-il dit, la situation fiscale du gouvernement est solide. Il est donc en mesure de fournir une aide considérable. »

« Le ciel n’est pas en train de tomber en Nouvelle-Écosse.  Notre déficit est en fait très bas à 123 millions de dollars, ce qui représente seulement 0,3 % de notre PIB.  Notre déficit se situe parmi les plus bas par rapport aux autres provinces », a expliqué McNeil.

Le document du CCPA-NS montre que le rapport dette-PIB de la Nouvelle-Écosse, qui est la meilleure mesure de la capacité d’un gouvernement de rembourser sa dette, devrait baisser de 48,7 % en 2000 à 36,3 % en 2015-2016. Pour mettre cela en perspective, l’Ontario et le Québec ont des prévisions de rapport dette-PIB de 39,9 % et de 49,5 % respectivement.

McNeil affirme que le budget de rechange comprend également des suggestions formidables pour des emplois verts et une économie verte. « C’est là que se trouvent les nouveaux emplois, déclare McNeil, et les gouvernements avant-gardistes se dirigent vers cette tendance.

« Avec les dirigeants du monde entier qui sont réunis à Paris pour lutter contre le changement climatique, et des provinces comme l’Alberta qui adoptent une taxe sur le carbone, la Nouvelle-Écosse doit fournir de bien meilleurs efforts pour réduire ses émissions. Au moins 60 % de l’électricité de notre province est générée par le charbon. C’est tout simplement inacceptable en 2015 », a-t-il dit.