Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

REGINA – L’organisme 3sHealth a déployé beaucoup d’efforts pour empêcher que soit rendu public un contrat de privatisation des services de blanchisserie en milieu hospitalier, et ces manoeuvres ont été torpillées dans le nouveau rapport du commissaire à l’information et à la vie privée de la Saskatchewan. Le commissaire demande que le contrat de la firme K-Bro Linen soit publié en version intégrale, sans le moindre caviardage.   

« Le SCFP tentait d’obtenir une copie du contrat de K-Bro Linen depuis sa signature, survenue en 2013. Mais les firmes 3sHealth et K-Bro Linen ont vraiment tout fait pour nous empêcher de voir ce document », explique Cheryl Stadnichuk, qui est recherchiste au SCFP

Après plusieurs tentatives infructueuses de mettre la main sur ce contrat de 10 ans auprès du ministère de la Santé - qui prétendait ne pas en avoir de copie - le SCFP a déposé des demandes d’accès à l’information auprès de cinq agences régionales de la Santé. Toutes les agences, sauf celle de Sunrise, ont répondu qu’elles n’avaient aucune copie du contrat. Sunrise a offert de remettre au syndicat une grille tarifaire en plus de demander une copie du contrat à la firme 3sHealth, qui a refusé la requête. Ce n’est qu’une fois que le bureau du commissaire ait commencé à s’intéresser à cette affaire que 3sHealth a finalement remis une copie du contrat, qui était toutefois lourdement caviardé et censuré. 

Le point culminant de cette histoire est survenu avec la publication du rapport du commissaire, qui recommande que le contrat soit remis dans son intégralité.    

Le président du SCFP en Saskatchewan, Tom Graham, voit dans cette saga la répétition d’un scénario connu. « Quand vous faites affaire avec le gouvernement ou l’une de ses agences, vous êtes confronté à un réflexe navrant qui semble s’être propagé. Ou bien les demandes d’accès à l’information sont refusées, ou bien les documents remis sont lourdement altérés et censurés. Le temps est venu d’envisager sérieusement une refonte de la Loi d’accès à l’information pour nous assurer de l’ouverture et de la transparence du gouvernement », estime-t-il.     

Le SCFP demande que l’organisme 3sHealth soit ajouté à la liste des entités soumises à la Loi d’accès à l’information. Cette demande va exactement dans le sens d’une recommandation du commissaire, qui soumet que 3sHealth devrait être considérée comme un organisme de santé au sens de la Loi sur les services régionaux de santé.

« 3sHealth joue un rôle important dans le déploiement et la restructuration des soins de santé, et 3sHealth est financée par des deniers publics. Le fait que cet organisme ne soit pas soumis à la Loi d’accès à l’information comme les autres agences de santé est anormal et cela doit changer », d’ajouter Tom Graham. 

« Ce rapport est une victoire pour l’imputabilité et la transparence en démocratie. Les citoyens de la Saskatchewan ont le droit de voir tous les contrats qui privatisent les services qu’on leur offre. De cette manière, ils peuvent savoir exactement ce qui leur en coûte. Et dans le cas qui nous occupe, alors que l’on parle d’un contrat de 10 ans, il est particulièrement important de pouvoir le consulter, d’autant plus qu’il concerne un secteur d’activités reconnu pour ses dépassements de coûts », de souligner Stadnichuk.

En Colombie-Britannique, la publication de rapports financiers a révélé que deux services de blanchisserie détenant le monopole au sein des autorités de la santé du Lower Mainland ont fait grimper les coûts de 170% sur une période de sept ans. En Saskatchewan, des critiques qui ont dénoncé le contrat consenti à K-Bro Linen ont prédit que les coûts allaient surpasser les prévisions parce que celles-ci n’étaient pas réalistes. 

Vous pouvez lire le rapport complet (082-2015) en cliquant sur ce lien (en anglais seulement).