Sault Ste. Marie (Ontario) — Le Comité permanent des finances et des affaires économiques de l’Ontario se rend à Sault Ste. Marie, demain, pour la première de six consultations prébudgétaires à travers la province. Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO), qui prendra la parole devant le comité à l’hôtel Delta Waterfront, à 13 h 45, a un message limpide à livrer au gouvernement ontarien : « Investissez dans les soins hospitaliers avant de faire souffrir d’autres patients du Nord ontarien. »

M. Hurley n’est pas seul à réclamer la fin des réductions budgétaires qui dévastent les hôpitaux et les soins ontariens depuis le gel du financement décrété il y a plus de quatre ans. De nombreuses voix s’élèvent parmi les gestionnaires hospitaliers et les infirmières de première ligne pour « dire au gouvernement provincial, certains dans des termes plus directs que d’autres, qu’on est allé trop loin dans les compressions, que les soins en pâtissent et que des patients bien réels en souffrent ».

Récemment, Ron Gagnon de l’hôpital de Sault déclarait aux médias que le financement de base de son hôpital n’a pas été augmenté depuis quatre ans. Il a qualifié cela de changement dramatique du financement, tandis que l’Association des hôpitaux de l’Ontario, dans une rare sortie publique, a affirmé que le gel budgétaire contraint les hôpitaux à faire des choix budgétaires « extrêmement » difficiles.

« Cette formulation, estime M. Hurley, est un euphémisme pour dire qu’il faudra encore réduire les services. » Il ajoute que, dans le nord de l’Ontario, la baisse du financement aux hôpitaux a entraîné « de vastes réductions dans les services hospitaliers, les soins aux patients et les emplois ». Plus précisément, on parle de la perte :

  • de 70 postes à plein temps à l’hôpital de Sault ;
  • de dizaines de lits et de 300 employés à plein temps à l’hôpital régional de North Bay depuis trois ans, ainsi que d’une réduction additionnelle des services de $14 millions pour cette année et l’an prochain ;
  • de 18 lits et de 38 postes à plein temps à l’hôpital de Timmins ;

  • de 40 employés et de plusieurs programmes à l’hôpital Health Sciences North de Sudbury.

Le nord de l’Ontario a une population plus âgée que la moyenne provinciale, plus de problèmes de santé et des taux de pauvreté et de maladies chroniques plus élevés. Pourtant, « le gouvernement du député libéral de la région de Sault, David Orazietti, traite très durement le Nord ontarien, affirme M. Hurley. Il semble insensible à la souffrance des patients. On dirait qu’il fait la sourde oreille lorsqu’il est question de la pénurie de services de santé dans le nord-est de la province. »

La réduction des soins hospitaliers s’accompagne d’une importante hausse des cas de réhospitalisation. Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, le taux de réhospitalisation à travers la province est passé de 8,3 pour cent en 2009-2010 à 9,1 pour cent en 2013-2014, une hausse de 9,6 pour cent en quatre ans à peine.

« Cela représente 9 000 patients par année qu’il faut réadmettre à l’hôpital, précise M. Hurley. Le taux de réhospitalisation de l’Ontario, qui se situait sous la moyenne nationale, est maintenant supérieur à celle-ci. Les hôpitaux du Nord-est ontarien (dont celui de Sault Ste. Marie) affichent un taux encore plus élevé de 9,7 pour cent, alors que la moyenne ontarienne est de 8,9 pour cent. »

Pour en savoir plus, contactez :

Michael Hurley
Président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO-SCFP)
 416-884-0770

Stella Yeadon
Service des communications du SCFP
 416-559-9300