NS home support workers push back sector-wide privatizationLe Conseil des syndicats hospitaliers du Nouveau-Brunswick et le SCFP du Nouveau-Brunswick craignent que le gouvernement fédéral sous-finance les soins de santé afin d’accélérer la privatisation des services.

Tout récemment, la ministre de la Santé Jane Philpott a révélé aux médias qu’elle maintiendrait le plan Harper pour les transferts en santé aux provinces. Les coupures entreront en vigueur en avril 2017. Dorénavant, les transferts seront liés à la croissance économique et plafonné à 3%, au lieu du 6% prévu sous l’Accord de la santé initial.

« Déjà, le système des soins de santé au Nouveau-Brunswick est étiré au maximum. Au cours des années, des hôpitaux ont été fermés, des services de santé en milieu rural ont été abolis et le niveau de services a été réduit » a déclaré Norma Robinson, présidente du CSHNB.

« Le Nouveau-Brunswick dépend énormément du financement fédéral pour ses services de santé. Une réduction de 6 % à 3 % représente des millions de dollars en moins tandis que l’utilisation et les prix des médicaments grimpent. N’oublions pas que les coûts de la santé augmentent plus vite que l’inflation » a déclaré Robinson.

« Notre province risque de perdre des centaines de millions de dollars dans les prochaines années ; plus de 700 millions de dollars dans les 10 prochaines années. Cela va avoir un impact négatif dans nos régions et va diminuer notre capacité d’offrir des soins de qualité », a déclaré Daniel Légère, président du SCFP.

Si les coupes de Harper sont maintenues, la part des dépenses en soins de santé couvertes par le gouvernement fédéral se rétrécira à 18,6 % en 2024. Cela est bien loin de la contribution de 50 % initiale.

« Depuis les années 1990, le gouvernement ne fait que couper. Avec le défi additionnel d’une population vieillissante, nous ne pouvons pas nous permettre d’offrir moins de services de santé. Le Premier ministre Gallant et le ministre Boudreau devraient faire de cet Accord de la santé un enjeu prioritaire pour le gouvernement », a conclu Légère.