MOOSE JAW, SASK. – Cette semaine, dans la foulée d’un cul-de-sac des pourparlers, le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé une nouvelle ronde de mises à pied aux membres du SCFP 600 qui œuvrent au Valley View Centre.

Le gouvernement a remis un avis de licenciement à 36 employés occupant divers postes touchant aux soins infirmiers, à l’alimentation, au ménage et à l’établissement des horaires. On parle de 24 employés permanents à plein temps, neuf employés permanents à temps partiel et trois employés à forfait. Cette vague porte à 80 le nombre de postes supprimés depuis l’annonce de la fermeture du centre, dont un seul poste non syndiqué.

Le SCFP 600, le syndicat de ces employés, s’est dit choqué et terriblement déçu par le fait que le gouvernement a précisé qu’il n’offrirait aucune aide professionnelle aux employés mis à pied qui choisissent de démissionner.

« Au cours de nos 26 jours de négociations, précise Guy Marsden, conseiller national du SCFP, jamais le comité de négociation du gouvernement n’a laissé entendre qu’il supprimerait cette aide dans la prochaine convention collective ou qu’il ne l’offrirait pas aux employés mis à pied. »

L’aide professionnelle, un service qui aide les employés à se réorienter ou à déménager, ou qui bonifie leur indemnité de départ, fait partie de la convention collective depuis 1995.

« Nos membres qui vont être licenciés ou supplantés ne sont pas tous prêts à partir à la retraite, ajoute la présidente du SCFP 600-3, Jacalyn Luterbach. L’aide professionnelle est essentielle pour ces syndiqués qui doivent se replacer chez un nouvel employeur. Nos membres méritent plus de considération de la part du gouvernement pour leurs nombreuses années de service dévoué. »

Le gouvernement a annoncé les mises à pied peu de temps après que le syndicat lui eut remis un avis d’impasse, le 11 avril dernier, au terme de 26 jours de négociations infructueuses.

Un agent en relations de travail a été mandaté pour aider les parties à conclure une entente de principe. Les pourparlers de conciliation devraient commencer les 5 et 6 mai à Moose Jaw.

« La présente ronde de négociation étant particulièrement difficile, le SCFP est arrivé à la conclusion que les parties étaient arrivées au stade où il leur serait impossible de conclure une entente sans l’aide d’un médiateur ou d’un conciliateur, explique M. Marsden. Nous n’avons pas pris cette décision à la légère ; l’employeur exige de grosses concessions tout en rejetant bon nombre des grandes priorités syndicales. »

La convention collective couvre les employés du Valley View Centre de Moose Jaw et le personnel de Community Living Service Delivery œuvrant dans un grand nombre d’installations et de programmes à travers la province (SCFP 600-3), ainsi qu’à l’hôpital North Battleford’s Sask (SCFP 600-5). Tous les lieux de travail sont gérés par la même convention collective négociée avec la Commission de la fonction publique.

« Le Valley View Centre et l’hôpital Sask continuent de rationaliser leurs effectifs, poursuit Mme Luterbach. C’est pourquoi nous demandons qu’on traite tous les syndiqués avec respect et dignité, autant ceux dont le poste sera éventuellement supprimé que ceux dont la relation d’emploi se poursuivra. Nous nous sommes engagés à obtenir une convention collective équitable pour nos membres. Nous espérons que la démarche de conciliation nous permettra d’atteindre cet objectif. »

La convention collective est échue depuis le 30 septembre 2015.